Tout sur Julie Fernandez Fernandez

En cinq ans, Nethys a versé 20 millions d'euros au consultant McKinsey, un montant qui suscite de vives interrogations au sein de Nethys et de sa maison mère Enodia. A tel point que Julie Fernandez Fernandez, la présidente d'Enodia, met en doute l'objectivité du consultant dans une interview accordée vendredi à L'Echo. Pour sa part, la société de consultance n'a pas souhaité commenter la sortie de Mme Fernandez.

L'intercommunale Enodia (ex-Publifin) et sa filiale Nethys annoncent mardi dans un communiqué "l'installation d'un comité d'actionnaires composé d'administrateurs d'Enodia et de Nethys." Celui-ci devra se réunir tous les 15 jours dans l'objectif de "partager au maximum l'information vis-à-vis d'Enodia mais également de se concerter quant aux orientations stratégiques et opérationnelles à mettre en oeuvre", ajoute le communiqué signé par les présidents d'Enodia et de Nethys, Julie Fernandez Fernandez et Laurent Levaux. Ces réunions ne seront pas rémunérées, assurent-ils.

Le conseil d'administration d'Enodia, la maison-mère de Nethys, s'est terminé jeudi soir vers 22h00, après près de 8 heures de réunion. Les indemnités accordées à l'ancien management ont été au coeur des discussions. L'intercommunale s'est également choisie une nouvelle présidente: Julie Fernandez Fernandez (PS).

Désignée présidente du conseil d'administration d'Enodia, la maison-mère de Nethys, jeudi dernier, l'échevine PS de la Ville de Liège Julie Fernandez Fernandez s'est exprimée, ce lundi matin, dans différents médias. "Ma première mission, ce sera de ramener de la sérénité dans les débats" et "de retisser des liens de confiance, ce qui ne pourra passer que par plus de transparence", y a-t-elle notamment affirmé.