Tout sur Olivier Chastel

Qui sera le futur président du Mouvement réformateur, appelé à marcher sur les traces de Charles Michel et d'Olivier Chastel? Le dépouillement des votes des membres du parti a lieu ce mardi dans l'après-midi, après récolte des dernières enveloppes à midi.

On ne se baigne jamais deux fois dans le même fleuve, disait Héraclite. Au mobilisme universel du présocratique d'Ephèse, un réformateur de Wavre oppose son roc, son pic, son cap, sa péninsule. C'est Charles Michel, dont trop de gens disent que son nez s'allonge trop souvent mais ça n'a rien à voir.

L'ex-ministre-président francophone Hervé Hasquin livre une analyse acide de la situation du MR. Interrogé dans "Le Soir" à propos de ses mémoires, il désavoue sans équivoque l'ancien président, Olivier Chastel, choisi parce qu'il était "faible" et jugé "transparent". Il regrette l'absence de grands leaders, comme l'ont été Jean Gol et Louis Michel.

Etant celui qui annonce depuis deux ans les difficultés que rencontre aujourd'hui le MR, on s'étonnera sans doute de me voir soutenir que ce parti peut encore être sauvé.

"Alain Destexhe s'est exclu du MR en se présentant sur une autre liste", a affirmé mercredi matin le porte-parole du MR, Christophe Cordier, après la sortie du sénateur et député bruxellois dans un entretien accordé à la presse pour annoncer qu'il créait "un nouveau parti" de droite.

Il avait insisté auprès de Charles Michel pour ne pas être ministre fédéral, il a refusé de devenir ministre-président wallon, il quitte aujourd'hui la présidence du Mouvement réformateur et se destine au Parlement européen. Olivier Chastel est un homme de pouvoir qui n'aime pas le pouvoir.

Il avait insisté auprès de Charles Michel pour ne pas être ministre fédéral, il a refusé de devenir ministre-président wallon, il quitte aujourd'hui la présidence du Mouvement réformateur et se destine au Parlement européen. Olivier Chastel est un homme de pouvoir qui n'aime pas le pouvoir.

Le Président du MR, Olivier Chastel, a annoncé sa volonté de se consacrer pleinement à la campagne européenne et dès lors de ne pas poursuivre son mandat de Président du MR. En 2014, Charles Michel avait pourtant annoncé que jamais il ne redeviendrait président si le gouvernement tombait.

Le MR, qui se veut résolument pro-européen, entend "continuer à renforcer l'Union européenne et à travailler sans relâche pour remédier à ses lacunes", a déclaré mardi son président Olivier Chastel, au lendemain d'un conseil du parti portant sur ses priorités programmatiques à l'Europe. Les libéraux entendent notamment soutenir le principe d'une "Europe à deux vitesse", au sein de laquelle les pays qui le souhaitent avancent ensemble sur des projets communs.

Le pouvoir d'achat a été au coeur de l'action du MR au gouvernement fédéral depuis quatre ans, et en Wallonie depuis 17 mois. Il sera au coeur de son programme électoral en vue des élections du mois de mai prochain. C'est du moins le message qu'a fait passer samedi le président du parti libéral, Olivier Chastel, aux quelques centaines de militants venus participer à la première étape des voeux organisés par le parti.