Tout sur Aline Cordonnier

Septante-cinq ans après la libération, la honte d'avoir eu un aïeul ayant collaboré avec l'occupant nazi durant la Seconde Guerre mondiale est un sentiment encore fortement répandu, même deux ou trois générations plus tard, ressort-il d'une vaste recherche interdisciplinaire dont les conclusions ont été présentées jeudi lors d'une journée d'études au Sénat.