Tout sur Joseph Kabila

Plusieurs scénarios - tous allant dans le sens d'un maintien au pouvoir du président Joseph Kabila - circulaient mercredi après l'annonce d'un report partiel, à mars 2019, des élections directes (présidentielle, législatives et provinciales) prévues dimanche en République démocratique du Congo (RDC), notamment pour désigner un nouveau chef de l'Etat.

La "première transmission pacifique" du pouvoir en République démocratique du Congo attendra encore au moins une semaine: les élections supposées désigner le successeur du président Joseph Kabila ont de nouveau été reportées de sept jours, au 30 décembre.

Qui pour succéder à Joseph Kabila à la tête de la RDC? Le processus électoral doit aboutir le 23 décembre. Mais les soupçons de fraude planifiée font planer le spectre de contestations et de troubles.

A 47 ans, le président congolais Joseph Kabila est loin de songer à une retraite politique s'il devient le premier "ex-président" à avoir quitté le pouvoir par les urnes en République démocratique du Congo (RDC).

"Certains, en Belgique, croient que le Congo est encore une colonie", déclare Joseph Kabila, président de la République démocratique du Congo en fin de mandat, dans un entretien accordé au Soir samedi. M. Kabila doit quitter le pouvoir après les élections du 23 décembre et estime que "tout va bien se passer" lors de ce scrutin présidentiel, législatif et provincial historique.

Une ONG britannique a accusé lundi les autorités congolaises d'"encourager tacitement et activement" la torture contre les militants engagés en politique, lançant un appel à la vigilance à moins de deux mois des élections présidentielle et générale en République démocratique du Congo (RDC).

Le gouvernement congolais a "félicité" vendredi le gynécologue Denis Mukwege, co-prix Nobel de la paix 2018, malgré les "désaccords" avec cette figure de la société civile congolaise aux messages radicaux contre le régime du président Joseph Kabila.

Même si le Président Kabila a fini par désigner un candidat successeur, le militant des droits de l'homme et médecin congolais Denis Mukwege n'en démord pas: cette année, il n'y aura pas d'élections dignes de ce nom en République démocratique du Congo.

Les flux financiers vers Dubaï sont mieux surveillés. Des hommes d'affaires liés au régime ont été épinglés par Washington et Londres. De quoi inquiéter le clan du président, qui a amassé une immense fortune ?

La décision du président Joseph Kabila de respecter la Constitution en ne se représentant pas constitue une première encourageante dans l'histoire violente de la République démocratique du Congo, mais ne garantit pas un "transfert pacifique" du pouvoir, qui serait inédit, lors des élections du 23 décembre.

Le ministre belge des Affaires étrangères, Didier Reynders, a indiqué mercredi "prendre acte" de la désignation par le président congolais Joseph Kabila d'un dauphin, Emmanuel Ramazani Shadary, qui sera le candidat du pouvoir en place à l'élection présidentielle du 23 décembre en République démocratique du Congo (RDC).