"Le crime financier n'émeut pas assez l'opinion"

"Le crime financier n'émeut pas assez l'opinion"

Le prince de Croÿ acquitté de fraude fiscale après vingt ans de procédure : un nouvel échec pour la justice pénale financière. Y a-t-il des solutions pour conjurer ce fiasco judiciaire systématique ? Le procureur général de Liège Christian De Valkeneer y croit. Mais, sans les politiques, ce sera dur..31 réactions




Les criminels en séjour illégal ne pourront plus être libérés anticipativement

Les criminels en séjour illégal ne pourront plus être libérés anticipativement

Les criminels en séjour illégal en Belgique ne pourront bientôt plus être libérés anticipativement sauf s'ils quittent effectivement le pays, selon un projet de loi du ministre de la Justice Koen Geens et du secrétaire d'Etat à l'Asile et la Migration Theo Francken, lit-on jeudi dans Het Laatste Nieuws.12 réactions


Les cambriolages explosent en Belgique

Les cambriolages explosent en Belgique

Si la tendance se poursuit, on dénombrera 70.000 cambriolages en 2012, soit près de 200 par jour. Les voleurs cherchent surtout les bijoux, en raison du prix élevé de l'or.


Les crimes d'honneur ne sont pas une fatalité

Les crimes d'honneur ne sont pas une fatalité

De nombreux cas ont débouché sur des drames parce que les victimes n'avaient pas de structure d'accueil et suite à une mauvaise prise en charge de la police ou des services de soins. C'est ce que conclut une enquête réalisée par des chercheurs de la VUB et de l'Université de Gand et à laquelle "De Standaard" fait écho samedi.


Crime d'honneur : les parents de Sadia en cassation

Crime d'honneur : les parents de Sadia en cassation

Les avocats des parents de Sadia Sheikh ont introduit un pourvoi en cassation contre l'arrêt de la Cour d'assises du Hainaut, lit-on jeudi sur le site Web du journal Le Soir.


Garde à vue volontaire pour un lit et un repas

Garde à vue volontaire pour un lit et un repas

Un SDF a été interpellé près de Lyon. Il s'était accusé d'un crime imaginaire contre un autre sans-abri afin de bénéficier d'un lit et d'un repas au commissariat. Il risque d'écoper de six mois de prison et d'une amende de 4500 euros pour un délit imaginaire.