Tout sur Alain Destexhe

Charles Michel, une certaine idée du stable

On ne se baigne jamais deux fois dans le même fleuve, disait Héraclite. Au mobilisme universel du présocratique d'Ephèse, un réformateur de Wavre oppose son roc, son pic, son cap, sa péninsule. C'est Charles Michel, dont trop de gens disent que son nez s'allonge trop souvent mais ça n'a rien à voir.

"Surprise totale" au MR qui espère pouvoir compter sur la "loyauté" de son ex-députée

Le ralliement de la députée libérale Patricia Potigny aux listes Destexhe a pour le moins étonné du côté des libéraux. "C'est une surprise totale. Nous n'avions vu aucun signe avant-coureur", a ainsi assuré le chef de groupe MR au parlement wallon, Jean-Paul Wahl. "Pour tout dire, j'ai appris la nouvelle ce lundi matin dans la presse", a-t-il ajouté.

Le MR en voie de disparition

Les libéraux ne vont évidemment pas être rayés du paysage politique. Mais ils doivent revoir de fond en comble le positionnement de leur parti. Sous peine de sombrer, y compris dans leurs bastions bruxellois.

L'état actuel du MR évoqué en filigrane, au cours de son congrès programmatique participatif

Le MR a lancé jeudi soir le processus de participation de ses militants à la définition de son programme à Bruxelles. Comme en Wallonie, les propositions du parti sont ouvertes à des amendements jusqu'à l'arrêt du programme définitif de la formation libérale, fin mars. L'actualité interne du parti a été abordée au détour d'une question d'un militant dans le débat organisé avec les chefs de file.

Le MR menacé d'explosion

La coalition avec la N-VA, la guerre froide entre Michel et Reynders et l'air du temps écologique coûtent cher aux libéraux francophones. Le départ d'Alain Destexhe n'est qu'un révélateur.

"En créant son propre parti, Alain Destexhe s'exclut du MR"

"Alain Destexhe s'est exclu du MR en se présentant sur une autre liste", a affirmé mercredi matin le porte-parole du MR, Christophe Cordier, après la sortie du sénateur et député bruxellois dans un entretien accordé à la presse pour annoncer qu'il créait "un nouveau parti" de droite.

"Verviers, et après?"

Devant l'Hôtel Van Der Valk de Verviers, deux groupes s'affrontent. Deux " camps " donc, et deux usages (légitimes) de la liberté d'expression.

Du calme, Theo Francken !

On peut malaisément me suspecter d'antipathie systématique à l'égard de Theo Francken. J'ai loué par ailleurs son courage, son charisme, et la qualité de la "somme" qu'il publiait récemment sur le thème de l'immigration "Continent sans frontière".

Destexhe - Azerbaïdjan : le Sénat a fermé les yeux

Le conflit d'intérêts d'Alain Destexhe avec l'Azerbaïdjan, qui lui a valu d'être exclu à vie du Conseil de l'Europe, pourrait bien saper les ambitions de Didier Reynders à Strasbourg. D'autant que le sénateur MR n'a fait l'objet d'aucunes mesures en Belgique.