Tout sur gauche

Elle est restée fidèle, elle, à ses idéaux socialistes. Loin de la politique politicienne, Christiane Taubira, la ministre de la Justice démissionnaire du gouvernement Valls, évoque, au détour de son livre Nous habitons la Terre, ses passions littéraires et... une gauche qui "a renoncé à ses mots et à son humanisme".

Paul Magnette (PS), Raoul Hedebouw (PTB) et Philippe Lamberts (Ecolo) sont dans un bateau. Le trio de gauche se jette à l'eau : allier le rouge vif, le rouge pâle et le vert foncé, cela ne doit pas être impossible. Mais cela reste à affiner.

Sur les podiums du 1er mai, la politique socio-économique du gouvernement de centre droit a été particulièrement malmenée. En même temps, le débat qui agite la moitié du monde a été à peine effleuré : les réfugiés, le djihadiste et la crise de l'Occident tolérant. Peu à peu, la situation devient le drame existentiel de la socio-démocratie : détourner le regard de la question la plus pressante de notre époque.

Si l'on en juge par la liste des dirigeants mondiaux qui ont eu ses faveurs, le candidat autoproclamé à la présidentielle française ne brille pas par sa lucidité géopolitique.

Dans un ouvrage aussi dépassionné que passionnant, Pascal Durand et Sarah Sindaco, universitaires liégeois, tentent de décrypter cliniquement le discours des Finkielkraut, Zemmour, Houellebecq... Un sujet éminemment polémique.

Le secrétaire général du parti d'extrême gauche espagnol Podemos, Pablo Iglesias, salue, dans une tribune publiée lundi, l'élection de Jeremy Corbyn à la tête du Parti travailliste britannique, symbole pour lui de l'échec du social-libéralisme.

Comment les membres des partis politiques se positionnent-ils sur l'axe gauche-droite ? L'étude de Bram Wauters, chercheur à l'Université de Gand, révèle que "le flanc de gauche" de la N-VA, dont le président du parlement flamand Jan Peumans ferait partie, est moins important que ce que l'on imagine généralement.

Les portraits de Felipe VI ou de son père Juan Carlos ne sont pas du goût de certains nouveaux maires de gauche espagnols, qui, en les retirant de leurs conseils, portent une nouvelle fois sur la place publique le débat sur la monarchie.

"La gauche ne meurt jamais" est le titre du dernier livre de Paul Magnette (éd. Luc Pire). Il aurait pu le sous-titrer : "Et l'anticléricalisme non plus. "

La nouvelle co-présidente d'Ecolo, Zakia Khattabi, considère son parti comme "l'avenir de la gauche", a-t-elle expliqué lundi matin sur les ondes de Bel-RTL.

Seule une alliance entre socialistes, écologistes et progressistes du CD&V et de l'Open VLD permettrait de contrer les nationalistes en 2018 et 2019. Avec une liste et un nom communs. Parmi ceux qui en sont partisans, Daniel Termont, bourgmestre de Gand SP.A. A peine désigné deuxième meilleur maïeur du monde par la fondation City Mayors - un "honneur", sourit-il, Daniel Termont reprend son bâton de pèlerin pour défendre son idée d'un nouveau parti de gauche progressiste en Flandre. Entretien exclusif.

En un demi-siècle, socialistes et libéraux ne se sont jamais autant déchirés que quand une crise économique frappe. C'est dire si la guerre devrait être totale au fédéral entre droite au pouvoir et gauche dans l'opposition. Avec le feu allumé en Flandre ?

Être ouvertement flamingant et de gauche, Ludo Abicht n'y voit pas d'inconvénient que du contraire. Même si, selon lui, beaucoup de représentants du mouvement flamand ont contribué de manière consciente ou inconsciente à une représentation caricaturale d'eux-mêmes. Extraits de son opinion parue dans Knack.

La secrétaire générale de la FGTB Anne Demelenne a exprimé mardi sur La Première (RTBF) sa crainte d'une division de la gauche due à l'émergence de partis tels que le PTB.

La gauche italienne arrive largement en tête des élections législatives, tant à la Chambre des députés qu'au Sénat, selon des sondages de sortie des bureaux de vote publiés lundi, qui soulignent également le boom du vote protestataire.

Les sociaux-démocrates de l'ex-Premier ministre Robert Fico, victorieux samedi des élections législatives en Slovaquie, auront la majorité absolue au Parlement, selon le résultat définitif communiqué dimanche par l'office national des statistiques.

En 2011 et du haut de ses 93 printemps, Stéphane Hessel, l'auteur mondialement connu du petit livre "Indignez-vous !", savourait comme un gosse, non pas son succès, mais les réactions en chaîne qu'il avait provoquées dans le monde. Lauréat du prix de la Citoyenneté de la fondation P&V 2011, Stéphane Hessel croyait qu'un autre avenir était possible : plus juste et plus vert. Il est décédé ce mercredi à l'âge de 95 ans. Il nous avait reçus pour un entretien en 2011.