Tout sur RDC

Les compteurs sont remis à zéro: la République démocratique du Congo va devoir encore attendre au moins 42 jours avant de proclamer la fin de l'épidémie d'Ebola qu'elle espérait pour lundi, en raison d'un nouveau cas déclaré vendredi, à trois jours de l'échéance.

"Nous devons nous préparer au pire" car "nous n'avons aucune idée de l'ampleur de la propagation" du coronavirus en République démocratique du Congo, a déclaré mercredi le gynécologue Denis Mukwege dans un message de prévention et de soutien aux premières mesures prises par les autorités.

Plus de cinq millions de personnes sont aujourd'hui déplacées en République démocratique du Congo (RDC), ce qui représente la plus importante situation de déplacement interne en Afrique, devant des pays comme le Soudan du sud ou la région du Sahel, a indiqué mercredi le Haut commissariat des Nations unies pour les Réfugiés (HCR).

Depuis que Félix Tshisekedi a accédé à la présidence de la République démocratique du Congo (RDC) en janvier de l'année passée, il n'a fait que de belles déclarations et des promesses. En 2020 les changements nécessaires doivent devenir réalité. C'est en substance le message qu'ont fait passer la Première ministre Sophie Wilmès et les ministres Alexander De Croo et Pieter De Crem en visite en RDC de mercredi à vendredi soir.

La Première ministre du gouvernement en affaires courantes Sophie Wilmès a procédé vendredi matin à la réouverture officielle du Consulat général belge à Lubumbashi, dans le sud-est de la République démocratique du Congo. Cette formalité, après une reprise des activités en janvier, marque la normalisation des relations diplomatiques entre les deux pays.

Le ministre des Affaires étrangères et de La Défense, Philippe Goffin, se rendra début janvier en République démocratique du Congo (RDC) pour sa première visite bilatérale à l'étranger, afin notamment de rouvrir officiellement le consulat général de Belgique à Lubumbashi, dans le sud-est du pays, a-t-on appris jeudi de source diplomatique.

Dix civils ont été tués dans la nuit de dimanche à lundi dans une nouvelle attaque du groupe Forces démocratiques alliées (ADF) dans la région de Beni dans l'est de la République démocratique du Congo au lendemain du massacre de 22 civils, a déclaré l'administrateur du Territoire.

Dans son édition du 29 novembre 2018, Le Vif/L'Express publiait une enquête sur les vastes plantations d'huile de palme congolaises de la société canadienne Feronia (100 000 hectares), financée à hauteur de 11 millions de dollars par BIO, la Société belge d'investissement pour les pays en développement, détenue par l'Etat belge.

La Mission de l'ONU (Monusco) en République démocratique du Congo "ne peut pas rester sans fin", a déclaré lundi à l'AFP la présidente du Parlement congolais, Jeanine Mabunda, au moment où la population de Beni (est) attaque des symboles de l'Etat congolais et de l'ONU, accusés d'inaction après des massacres de civils.