Tout sur Iran

Journaliste, écrivain, exilé depuis 2015, Khosraw Mani craint que la classe moyenne afghane, dont l'émergence a été permise par l'intervention des Occidentaux, ne disparaisse sous le joug des talibans. Mais il croit en la possibilité d'une résistance.

Durant six numéros, ces chroniques estivales s'ouvrent à d'autres plumes et d'autres points de vue, pour d'autant mieux questionner les inégalités de genre au sein de la société. Après l'humoriste Dena Vahdani dans ce cinquième épisode, retrouvez le 19 août l'architecte Apolline Vranken.

Le président iranien, Ebrahim Raïssi, a présenté mercredi son gouvernement devant le Parlement, selon les médias d'Etat, et nommé un conservateur au poste de ministre des Affaires étrangères, alors que des négociations avec les grandes puissances visent à sauver l'accord sur le nucléaire.

Les talibans ont affirmé vendredi contrôler désormais 85% du territoire de l'Afghanistan, dont deux importants postes-frontières avec l'Iran et le Turkménistan, après deux mois d'offensive tous azimuts contre les forces de Kaboul à la faveur du retrait de l'armée américaine, quasiment terminé.

Fadila Maaroufi, une des fondatrices et directrice de l'Observatoire des fondamentalismes, raconte les mencaces dont elle a fait l'objet et dénonce: "Les islamistes veulent instaurer une théocratie et ils n'acceptent le jeu démocratique que dans la mesure où ils peuvent l'instrumentaliser en vue de la faire tomber."

Les inquiétudes croissent dans le monde face au risque d'une nouvelle vague de la pandémie portée par le variant Delta, la Russie enregistrant samedi un nouveau record de décès alors que l'Indonésie et le Portugal connaissent un retour des restrictions.

Le guide suprême iranien Ali Khamenei a loué lundi l'"action" du chef de l'Autorité judiciaire Ebrahim Raïssi, appelé à devenir président de la République islamique dans quelques semaines après sa victoire à l'élection du 18 juin.