Tout sur Grace Mugabe

Pendant plus de trente ans, il fut le serviteur zélé du président et autocrate zimbabwéen Robert Mugabe. A 75 ans, son successeur Emmerson Mnangagwa, arrivé au pouvoir en novembre à la suite d'un coup de force de l'armée, a confirmé dans les urnes son emprise sur le pays.

La justice zimbabwéenne a jugé légal le coup de force de l'armée qui a abouti à la démission mardi du président Robert Mugabe, estimant que cette intervention visait à empêcher des personnes non élues d'occuper des fonctions électives.

Elle se décrivait comme une "villageoise" chanceuse d'avoir été choisie par le chef d'Etat. La Première dame du Zimbabwe Grace Mugabe, a révélé sur le tard une inextinguible soif de pouvoir qui a poussé le régime de son mari dans le gouffre.

L'ancien vice-président du Zimbabwe Emmerson Mnangagwa a joint mardi sa voix à tous ceux qui exigent le départ immédiat de l'obstiné président Robert Mugabe, contre lequel le Parlement doit engager dans la journée une procédure de destitution.

Le comité central de la Zanu-PF, parti au pouvoir au Zimbabwe, a décidé d'écarter Robert Mugabe, rapportent plusieurs médias. L'ancien vice-président Emmerson Mnangagwa a été désigné à la tête du parti, a déclaré à l'AFP un membre de la Zanu-PF au pouvoir depuis 1980. C'est justement l'éviction de ce dernier qui avait provoqué le coup de force de l'armée la semaine dernière.

L'armée zimbabwéenne retenait mercredi le président Robert Mugabe dans sa résidence et a déployé ses troupes dans la capitale Harare, après plusieurs jours d'un bras de fer provoqué par le limogeage du vice-président Emmerson Mnangagwa.

Les autorités du Zimbabwe ont requis l'immunité pour la première dame du pays Grace Mugabe, mise en cause par d'embarrassantes accusations d'agression contre un mannequin en Afrique du Sud qui menacent de virer au casse-tête diplomatique.