Tout sur job

Trois quarts des patrons dont l'activité le permet font appel aux étudiants jobistes, principalement pour réduire la charge de travail de leur propre personnel mais ils voient également l'engagement de jobistes comme un moyen de réaliser par la suite des engagements fixes, selon un sondage effectué par l'Union des entrepreneurs indépendants flamands Unizo. Une autre enquête réalisée par le Syndicat neutre pour indépendants (SNI) indique que les patrons souhaitent engager davantage d'étudiants cette année que l'année passée.

Les spécialistes du marché du travail mettent en évidence une corrélation entre pénurie de profils spécialisés et accès direct à l'emploi. Infirmières, régents, ingénieurs, scientifiques et informaticiens signent donc rapidement leurs premiers contrats. Mais, au-delà d'un diplôme, les entreprises disent rechercher des personnalités et compétences précises. La chasse aux talents est ouverte.

La réforme du travail des étudiants prévoyant un contingent annuel de 50 jours aux cotisations réduites devrait entrer en vigueur au 1er janvier 2012, a annoncé la ministre de l'Emploi, Joëlle Milquet (cdH).