Tout sur Bart De Wever

La bataille pour le 16 risque d'être féroce. Ils sont en effet nombreux à vouloir obtenir le poste de Premier ministre. Ce qui fait dire à de nombreux observateurs en Flandre que rien n'est encore joué.

La police locale d'Anvers entame jeudi soir une opération "Nachtwacht" ("Ronde de nuit"), la plus "grande action de sécurité de ces 20 dernières années", selon le cabinet du bourgmestre Bart De Wever (N-VA). L'intervention est destinée à lutter contre les faits de drogue et les violences qui y sont liées. Elle prévoit notamment l'engagement de patrouilles supplémentaires, des contrôles d'identité plus réguliers, et la fermeture de certaines rues à haut risque quand cela s'avère nécessaire.

Les présidents de la N-VA et du MR ont soldé leurs comptes sur Twitter, alors qu'une majorité fédérale sans les nationalistes se profile à l'horizon.

Ce week-end, une explosion a eu lieu dans le district de Deurne et une grenade a explosé sous une voiture garée à Borgerhout, sans faire de blessés. Le milieu criminel de la drogue est pointé du doigt. Les autorités communales prennent le problème à bras le corps, non sans difficulté.

Multiples missions royales, un gouvernement minoritaire de pouvoirs spéciaux soutenu de l'extérieur pour gérer la crise du coronavirus et une reprise progressive des négociations. Plus d'un an après les élections, la formation d'un gouvernement fédéral n'a toujours pas avancé. Retour, étape par étape, sur une crise politique qui semble de plus en plus interminable.

Après l'échec de l'improbable tentative d'associer Paul Magnette et Bart De Wever, le président des libéraux flamands, Egbert Lachaert, est chargé par le roi de constituer un gouvernement fédéral. Cette fois sera-t-elle la bonne, après des mois de rodomontades, de bluff et d'échecs ?