Le directeur de Greenpeace, Roland Moreau, a essayé de tromper vos lecteurs par des mensonges inacceptables dans votre rubrique Controverse du 15 mars. En voici six relevés dans son texte :
...

Le directeur de Greenpeace, Roland Moreau, a essayé de tromper vos lecteurs par des mensonges inacceptables dans votre rubrique Controverse du 15 mars. En voici six relevés dans son texte : 1. La Belgique détient le "record européen des émissions de gaz à effet de serre par habitant". M. Moreau estime que le nucléaire n'empêche pas ces émissions. La réalité est que la Belgique est un des rares pays qui n'isole presque pas : la pollution causée par le chauffage masque la production peu polluante de l'électricité. 2. "Les réserves d'uranium ne sont pas éternelles, le coût risque de flamber, impossible dans ces conditions de préserver l'indépendance énergétique de la Belgique." La réalité ? L'uranium est actuellement très bon marché. Il y en a partout et son prix pourrait effectivement augmenter s'il fallait l'extraire de l'eau de mer (ressource illimitée !). La Belgique a de l'eau de mer ! 3. "Aucune solution n'est scientifiquement envisageable pour les déchets radioactifs." En fait, les industriels sont placés devant mille solutions, toutes plus sûres les unes que les autres. Seul le prix retarde les choix ainsi que des tests à long terme. Les centrales "nouvelle cuvée" ne posent même plus les problèmes de sécurité et de déchets. 4. "Qui peut augurer de la stabilité de couches géologiques dans trois cents ans ?" Des terrains sont stables depuis des centaines de millions d'années et les quantités à protéger sont microscopiques (quelques centaines de mètres cubes). Jamais problème n'a été aussi grossi. 5. "Energies renouvelables techniquement mûres." Il n'y a pas du tout d'énergie renouvelable mûre. Les éoliennes - dans les régions les plus favorisées (très rares) - sont le moins éloignées de la rentabilité. Même alors, toute l'énergie électrique doit pouvoir être produite par des centrales thermiques, car le vent est inconstant. 6. "Le potentiel du solaire ne demande qu'à éclore." Le photovoltaïque est encore 20 fois trop cher et, pas plus que l'éolien, n'est produit quand on en a besoin. L'opinion de Michel Klein faisait contrepoids et j'admire votre honnêteté intellectuelle ! J'espère que tous les lecteurs auront été capables de trier le vrai du faux et je voulais donner - en tant qu'enthousiaste des énergies renouvelables - quelques précisions complémentaires.