Les personnes malentendantes ont parfois tendance à repousser le recours à un appareil auditif, de crainte de " gâter " leurs oreilles et d'accélérer encore la perte auditive. Vincent Van Rompaey soulig...

Les personnes malentendantes ont parfois tendance à repousser le recours à un appareil auditif, de crainte de " gâter " leurs oreilles et d'accélérer encore la perte auditive. Vincent Van Rompaey souligne toutefois qu'il n'en est rien. " Bien au contraire: moins on entend et plus on a de mal à suivre une conversation, plus on risque de s'isoler et plus on limite les stimuli que reçoit le cerveau... ce qui peut affecter les facultés de réflexion, même lorsque la perte d'audition est limitée. D'après la recherche, un déficit auditif très marqué accroît aussi le risque de démence à plus long terme. Chez les personnes qui ne portent pas d'appareil auditif alors qu'elles en ont besoin, le risque est deux fois plus élevé que chez les autres... et chez celles qui auraient besoin d'un implant cochléaire, il est même multiplié par cinq! Heureusement, le recours à une aide auditive peut en partie rétablir les facultés cognitives perdues. Il n'est donc jamais trop tôt... mais jamais trop tard non plus! "