Les missionnaires royaux jettent l'éponge. Bart De Wever (N-VA) et Paul Magnette (PS) n'ont pas pu convaincre les libéraux et les écologistes de monter à bord de leur projet pour former un gouvernement fédéral. Ils doivent constater l'échec de leur mission.

La réunion avec les libéraux, programmée ce vendredi matin, a duré 39 minutes en tout et pour tout. L'atmopshère était "glaciale", dit-on, et marquée par la tension devenue énorme entre Bart de Wever et Georges-Louis Bouchez, président du MR.

Selon certaines sources, Bart De Wever aurait fait "échouer sa propre mission" en s'en prenant durement aux libéraux voici dix jours: "Plus personne ne veut du MR", avait-il avancé. L'attaque, frontale, visait à diviser les libéraux francophones et flamands, la N-VA se voyant bien embarquer le seul Open VLD dans un grand front flamand. L'effet a été inverse: depuis, les frères bleus, Georges-Louis Bouchez et Egbert Lachaert, n'ont eu cesse de réaffirmer leur union.

Une nouvelle réunion entre les préformateurs et les écologistes ne sera pas organisée. Avant-hier, les Verts avaient eu une discussion "très approfondie". N-VA et PS avaient même travaillé à un complément de leur note sur la question environnementale. Mais cela n'ira pas plus loin, en l'état.

Le communiqué commun des libéraux et des écologistes, dénonçant le projet institutionnel N-VA / PS et leur demande explicite que les missionnaires royaux cessent d'opposer les uns et les autres, aura joué un rôle décisif.

Selon certaines sources, la discussion entre libéraux et écologistes dépassait le cadre de cet appel commun, évoquant notamment l'alliance naturelle qui pourrait exister entre les deux familles afin de faire de l'écologie un levier économique dans le cadre de la stratégie de relance. Cela jette peut-être les bases d'une nouvelle tentative sans la N-VA ou sans le PS. Comme s'il s'agissait de démonter où mène le dialogue N-VA/PS, avant de passer à autre chose.

Que sera la suite de ce chemin politique infernal pour la formation d'un gouvernement? Bart de Wever et Paul Magnette doivent passer par la case "palais royal" afin d'informer le roi Philippe de l'échec de leur mission. Le roi pourrait consulter ou prendre une autre initiative. Il est possible que les écologistes fassent partie des prochains missionnaires royaux, eux qui n'ont jamais eu la main en dépit de leur victoire électorale de mai 2019. Après leur sortie commune, les verts et les bleus pourraient prendre la main ensemble.

L'idée d'une Vivaldi (socialistes, libéraux, écologistes et soociaux-chrétiens) a resurgi ces dernières heures, mais il faudrait pour cela que le CD&V se résigne à ne pas gouverner avec la N-VA. Et le roi Philippe pourrait aussi prendre un autre virage, plus inattendu.

Lire aussi: La situation est grave, mais il reste des solutions

Les missionnaires royaux jettent l'éponge. Bart De Wever (N-VA) et Paul Magnette (PS) n'ont pas pu convaincre les libéraux et les écologistes de monter à bord de leur projet pour former un gouvernement fédéral. Ils doivent constater l'échec de leur mission.La réunion avec les libéraux, programmée ce vendredi matin, a duré 39 minutes en tout et pour tout. L'atmopshère était "glaciale", dit-on, et marquée par la tension devenue énorme entre Bart de Wever et Georges-Louis Bouchez, président du MR. Selon certaines sources, Bart De Wever aurait fait "échouer sa propre mission" en s'en prenant durement aux libéraux voici dix jours: "Plus personne ne veut du MR", avait-il avancé. L'attaque, frontale, visait à diviser les libéraux francophones et flamands, la N-VA se voyant bien embarquer le seul Open VLD dans un grand front flamand. L'effet a été inverse: depuis, les frères bleus, Georges-Louis Bouchez et Egbert Lachaert, n'ont eu cesse de réaffirmer leur union.Une nouvelle réunion entre les préformateurs et les écologistes ne sera pas organisée. Avant-hier, les Verts avaient eu une discussion "très approfondie". N-VA et PS avaient même travaillé à un complément de leur note sur la question environnementale. Mais cela n'ira pas plus loin, en l'état.Le communiqué commun des libéraux et des écologistes, dénonçant le projet institutionnel N-VA / PS et leur demande explicite que les missionnaires royaux cessent d'opposer les uns et les autres, aura joué un rôle décisif. Selon certaines sources, la discussion entre libéraux et écologistes dépassait le cadre de cet appel commun, évoquant notamment l'alliance naturelle qui pourrait exister entre les deux familles afin de faire de l'écologie un levier économique dans le cadre de la stratégie de relance. Cela jette peut-être les bases d'une nouvelle tentative sans la N-VA ou sans le PS. Comme s'il s'agissait de démonter où mène le dialogue N-VA/PS, avant de passer à autre chose.Que sera la suite de ce chemin politique infernal pour la formation d'un gouvernement? Bart de Wever et Paul Magnette doivent passer par la case "palais royal" afin d'informer le roi Philippe de l'échec de leur mission. Le roi pourrait consulter ou prendre une autre initiative. Il est possible que les écologistes fassent partie des prochains missionnaires royaux, eux qui n'ont jamais eu la main en dépit de leur victoire électorale de mai 2019. Après leur sortie commune, les verts et les bleus pourraient prendre la main ensemble.L'idée d'une Vivaldi (socialistes, libéraux, écologistes et soociaux-chrétiens) a resurgi ces dernières heures, mais il faudrait pour cela que le CD&V se résigne à ne pas gouverner avec la N-VA. Et le roi Philippe pourrait aussi prendre un autre virage, plus inattendu.Lire aussi: La situation est grave, mais il reste des solutions