Parachutisme : le grisant appel du vide

Parachutisme : le grisant appel du vide

1, 2... pas de 3. A peine le temps d'apercevoir la silhouette de l'avion qui s'éloigne au loin et l'on fend déjà l'air à 200km/h. 4 000 mètres plus bas, à travers les lambeaux de nuages, la campagne paraît immobile.