Mort de Diana : de nouvelles informations relancent la thèse d'un assassinat
Mort de Diana : de nouvelles informations relancent la thèse d'un assassinat
Mort de Diana : de nouvelles informations relancent la thèse d'un assassinat
Mort de Diana : de nouvelles informations relancent la thèse d'un assassinat
Mort de Diana : de nouvelles informations relancent la thèse d'un assassinat
Mort de Diana : de nouvelles informations relancent la thèse d'un assassinat
Mort de Diana : de nouvelles informations relancent la thèse d'un assassinat
01008192013-08-17 22:49:052014-08-19 16:42:09Le VifPas de parutionNormalArticleLe VifPar Le VifInternationalLeVif

Mort de Diana : de nouvelles informations relancent la thèse d'un assassinat

De nouvelles informations sur la mort de la princesse Diana et de Dodi Al-Fayed sont actuellement étudiées par Scotland Yard et révéleraient, selon les médias anglais, que le couple pourrait avoir été assassiné par les troupes d'élite de l'armée britannique.

auto2013-08-17 22:49:04http://www.levif.be/actualite/international/mort-de-diana-de-nouvelles-informations-relancent-la-these-d-un-assassinat/article-normal-100819.htmlhttp://m.levif.be/actualite/international/mort-de-diana-de-nouvelles-informations-relancent-la-these-d-un-assassinat/article-normal-100819.htmlhttp://www.levif.be/actualite/international/http://m.levif.be/actualite/international/
Mort de Diana : de nouvelles informations relancent la thèse d'un assassinat

Samedi en fin d'après-midi, la police britannique a indiqué dans un communiqué "examiner des informations qui lui ont été récemment communiquées concernant ces décès et évaluer leur pertinence et leur crédibilité". "L'évaluation sera effectuée par des enquêteurs spécialisés de la police criminelle", a ajouté Scotland Yard, dans un communiqué, sans révéler le moindre élément sur la nature de ces informations. Selon les médias britanniques, citant une source militaire, ces informations auraient été transmises à Scotland Yard par la police militaire royale. Selon le Daily Telegraph, elles auraient fait surface à l'occasion du récent procès de Danny Nightingale, un tireur des SAS (Special Air Services), les troupes d'élite de l'armée britannique, reconnu coupable de possession illégale d'armes. L'une des informations affirmerait, selon le journal, que cette unité d'élite de l'armée "est responsable de la mort de la princesse Diana". Ces informations ont été fournies par les beaux-parents d'un soldat du SAS, baptisé "soldat N", qui a été un témoin-clé dans le procès de son camarade. Il a été également reconnu coupable de possession illégale d'armes. Ses beaux-parents ont écrit au commandant du SAS en affirmant que le militaire avait confié à son ex-femme que son unité avait "organisé" la mort de la princesse, affirme le quotidien. L'opération aurait ensuite été "dissimulée", aurait-il dit. La police, qui ne s'exprime pas sur la nature de ces informations, a insisté sur le fait qu'il n'y avait pas pour l'heure "de réouverture de l'enquête", soulignant également que ces informations ne relevaient pas de "l'opération Paget". Celle-ci était le nom donné à l'enquête de la police sur les théories du complot qui s'étaient multipliées à propos de cet accident de voiture. L'enquête avait conclu que toutes ces théories étaient sans fondement. Les princes William et Harry, fils de Diana, ainsi que Clarence House, les services du Prince Charles, n'ont aucun commentaire, a indiqué un porte-parole de la famille royale. Même réponse du ministère britannique de la Défense. Un porte-parole de Mohamed Al-Fayed a également dit que celui-ci n'avait pas de déclaration à faire mais sera "intéressé de voir les résultats" de l'étude de ces informations. Ce rebondissement intervient à quelques jours du 16e anniversaire de la mort de la princesse, de Dodi Al-Fayed et de leur chauffeur Henri Paul, tués le 31 août 1997 dans un accident de voiture dans le tunnel, sous le pont de l'Alma à Paris. Le garde du corps du couple, Trevor Rees-Jones était le seul à avoir survécu à l'accident. Les enquêtes menées par les polices française et britannique avaient conclu que l'accident de voiture était dû à l'état d'ivresse du chauffeur, Henri Paul, qui conduisait trop vite, afin d'échapper à des paparazzi dans les rues de Paris. Après une enquête judiciaire de six mois, les jurés de la Haute cour de Londres chargés de se prononcer sur les causes de la mort du couple avaient également conclu en avril 2008 à un accident dû à la conduite "extrêmement négligente" de leur chauffeur Henri Paul. Mohamed Al-Fayed, le père milliardaire de Dodi et ancien propriétaire du magasin de luxe Harrods, a soutenu pendant des années que le couple avait été tué dans le cadre d'un complot ourdi par le prince Philip, époux de la reine Elizabeth, et mis en oeuvre par les services secrets britanniques, pour éviter que Diana, mère d'un futur roi d'Angleterre, n'épouse un musulman. Diana, décédée à 36 ans, avait épousé le prince Charles en 1981. Il se sont séparés en 1992 avant de divorcer en 1996. Les dernières années de la vie de la princesse Diana ont fait l'objet d'un film qui sort en Grande-Bretagne en septembre, avec l'actrice britano-australienne Naomi Watts dans le rôle-titre.

77vif-leVifLereporter<p> </p>http://www.levif.be/actualite/auteurs/le-vif-77.htmlhttp://m.levif.be/actualite/auteurs/le-vif-77.htmlDiana
La mère de Diana avait l'intention de mettre fin à ses jours
La mère de Diana avait l'intention de mettre fin à ses jours
La mère de Diana avait l'intention de mettre fin à ses jours
La mère de Diana avait l'intention de mettre fin à ses jours
La mère de Diana avait l'intention de mettre fin à ses jours
La mère de Diana avait l'intention de mettre fin à ses jours
01644472012-05-23 15:29:122014-08-22 16:26:46Le VifPas de parutionNormalArticleBelgiqueLeVif

La mère de Diana avait l'intention de mettre fin à ses jours

Juliana Santana Duran, la mère de la petite Diana, a avoué avoir étranglé sa fille dans la nuit de dimanche à lundi avant de la couper en morceaux et de les placer, dans des sacs, dans un congélateur, a expliqué mercredi au cours d'une conférence de presse le procureur du Roi de Charleroi faisant fonction, Pierre Magnien. Les aveux sont intervenus après que les enquêteurs l'ont confrontée à des preuves ramenées de son domicile.

auto2012-05-23 15:29:11http://www.levif.be/actualite/belgique/la-mere-de-diana-avait-l-intention-de-mettre-fin-a-ses-jours/article-normal-164447.htmlhttp://m.levif.be/actualite/belgique/la-mere-de-diana-avait-l-intention-de-mettre-fin-a-ses-jours/article-normal-164447.htmlhttp://www.levif.be/actualite/belgique/http://m.levif.be/actualite/belgique/
La mère de Diana avait l'intention de mettre fin à ses jours

La mère n'a pas donné d'explication sur le mobile qui l'a poussée à commettre un tel geste, selon le magistrat. Diana Farkas, âgée de 4 ans, n'avait plus été vue en vie depuis dimanche soir. L'alerte de sa disparition avait été donnée lundi en fin de journée par la direction de l'école. La mère s'était en effet rendue à l'école pour récupérer la fillette qu'elle disait avoir déposé le matin même. Dans un second temps, elle avait expliqué que la fillette avait disparu de la voiture pendant qu'elle-même effectuait des courses. Devant de telles contradictions, s'ajoutant au fait qu'elle n'avait pas immédiatement prévenu les secours, les enquêteurs ont porté leurs soupçons sur la mère. Ils l'ont privée de liberté lundi en fin de journée, pour une durée de 24 heures, prolongée mardi d'une nouvelle période de 24 heures comme le prévoit la loi Salduz. Dans le courant de la journée de mardi, les enquêteurs se sont rendus au domicile de Juliana Santana Duran, Impasse de la Croisette, à Châtelineau (Châtelet). Ils n'y ont pas découvert le corps de l'enfant mais ont trouvé des vêtements ensanglantés d'adulte et d'enfant dans la machine à laver, "tombée en panne pendant le programme de nettoyage", a précisé Pierre Magnien. Les policiers ont présenté ces éléments à la mère qui a fini par avouer son crime. Elle a expliqué qu'elle avait étranglé l'enfant avant de découper, plus tard, le corps en différents morceaux. L'objet qui a servi à découper le corps de l'enfant n'a pas été découvert. Il s'agirait d'un couteau. La mère a ensuite placé les différents sacs contenant les morceaux de corps dans les tiroirs du congélateur colonne, dissimulés derrière des sachets de nourriture. "Mardi, les enquêteurs avaient ouvert les tiroirs du surgélateur mais ne pensaient pas qu'il était possible d'y trouver un enfant de cette taille", a commenté M. Magnien. Sur base des aveux de la mère, les enquêteurs se sont rendus mercredi matin au domicile familial et ont trouvé le corps découpé de l'enfant. La mère de la fillette sera de nouveau entendue mercredi après-midi. Une expertise mentale sera réalisée. Le corps de l'enfant sera autopsié.

Juliana Santana Duran a été inculpée d'assassinat par le juge d'instruction et incarcérée. Selon les éléments recueillis par les enquêteurs, la préméditation serait donc retenue. Selon le parquet de Charleroi, le mobile de ce crime n'est pas encore éclairci.

La mère dit avoir subi des violences

Juliana Santana Duran explique avoir été victime de violences durant sa relation avec le père de Diana, affirme son avocat, Me Frédéric Ureel. Dépressive et en conflit pour la garde de l'enfant, elle aurait tué cette dernière pour éviter qu'elle ne soit victime de faits similaires. Me Frédéric Ureel, conseil de Juliana Santana Duran, a donné quelques explications sur ce qui a pu pousser sa cliente à tuer sa propre fille. La mère de famille déclare avoir été victime de violences conjugales lors de sa relation avec Christophe Farkas, le père de Diana. Séparé depuis 3 ans, le couple se partageait l'enfant en garde alternée. Dépressive, isolée, Juliana Santana Duran avait introduit une demande, il y a un mois, pour obtenir une garde classique de l'enfant. "Elle trouvait que son ex-compagnon devenait trop rude avec Diana, sans qu'il y ait de preuves de violences", affirme Me Ureel. "Nous étions en train de monter un dossier en ce sens". Dimanche, la mère de famille aurait craqué et aurait tué sa fille dans son sommeil afin de lui éviter un sort identique au sien. Elle explique avoir découpé et congelé le corps afin de le dissimuler aux autorités, puisqu'elle avait décidé de mettre fin à ses jours lundi soir. Des égratignures ont d'ailleurs été relevées sur ses poignets. Le Vif.be, avec Belga

DianainfanticideJuliana Santana Duran