La climatisation à l'eau de mer pour économiser 75% d'électricité

28/10/14 à 11:02 - Mise à jour à 11:02

Source: Le Vif/l'express

En mettant en place un système de climatisation à l'eau de mer, l'île de la Réunion réalisera une économie de 75% sur sa consommation d'électricité.

La climatisation à l'eau de mer pour économiser 75% d'électricité

île de la Réunion, dans l'Océan Indien © iStockphoto

L'île de la Réunion, département français situé dans l'Océan Indien, a pour objectif d'accéder à son autonomie énergétique d'ici 2030. Sa nature insulaire lui permet aujourd'hui de développer un réseau urbain de climatisation à l'eau froide.

Le procédé qui régit ce réseau est le SWAC pour Sea Water Air Conditionning (ou CENF pour Climatisation d'Eau Naturellement Froide.) Le principe est de pomper l'eau d'origine polaire des profondeurs de la mer (5° à 1.100 mètres) pour refroidir, via un échangeur thermique, un circuit d'eau douce alimentant les locaux à climatiser. En utilisant ce procédé, ce sera 75% de la consommation qui devrait être économisée.

Ce système, déjà exploité par exemple en Polynésie et à Hawaï, le sera ici dans une ampleur exceptionnelle, puisqu'il couvrira une soixantaine de bâtiments publics et privés (aéroport, université, centres commerciaux...), ainsi que les zones urbaines de Saint-Denis et Sainte-Marie, situé au nord de l'île. Il faudra pour ce faire, creuser les 23 kilomètres de tranchées nécessaires pour enfouir les canalisations. Sept kilomètres de canalisations seront nécessaires pour transporter l'eau de mer jusqu'à la côte et 1 km pour la rejeter dans l'océan, après usage.

Le coût de ce projet devrait s'élever à 150 millions d'euros, dont 90 millions financés par l'État français. Les travaux commenceront mi-2015 pour une mise en service mi-2017. Quant à la baisse des prix pour les clients du réseau, elle ne sera malheureusement pas immédiate, puisqu'il faudra attendre 2022 pour qu'elle soit effective, selon Eric Bassac, du pôle international de GDF Suez.

Le chantier devrait aussi créer entre 300 à 400 emplois.

Nos partenaires