Un mouchard dans la voiture en échange d'une prime d'assurances plus faible

13/11/15 à 11:14 - Mise à jour à 11:21

Source: De Morgen

Selon une information relayée par le quotidien De Morgen, les compagnies d'assurances Baloise et Corona Direct sont sur le point de lancer un système qui enregistre le comportement des conducteurs et qui récompensera les bons chauffeurs.

Un mouchard dans la voiture en échange d'une prime d'assurances plus faible

© iStock

Le mouchard, une sorte de clé USB connectée au système électronique de la voiture, permet aux assureurs d'enregistrer toutes les données relatives à la conduite du chauffeur : la vitesse à laquelle il roule, sa façon de freiner, de prendre ses virages, d'utiliser ses clignoteurs, de klaxonner, etc.

En échange, Baloise offrira des réductions et des goodies aux personnes qui acceptent d'installer ce système. La compagnie d'assurance Corona Direct souhaite, quant à elle, associer le montant de la prime à la façon de rouler du chauffeur. Les bons conducteurs se verront récompensés par une prime d'assurances plus faible.

Même si le conducteur devra évidemment donner son autorisation, le système soulève des questions sur la vie privée. Les données rassemblées par les compagnies d'assurances leur permettront en effet de savoir exactement où se rend le chauffeur. Interrogé par De Morgen, un responsable de la compagnie d'assurances affirme qu'il réalise pleinement qu'il faudra très bien sécuriser les informations. "Le but est de garder les données pendant cinq ans, ensuite, on les rendra anonymes. Le système présente aussi des avantages : on pourra mieux inventorier les accidents ou aider en cas de vol d'un véhicule."

Le système, qui d'après l'Union professionnelle des entreprises d'assurances Assuralia existe déjà au Royaume-Uni, en Italie, aux États-Unis et au Canada, n'a pas encore été approuvé par la Commission vie privée. "C'est possible, mais cela dépend surtout des conditions. Garder ces données pendant cinq ans me semble exagéré. L'autorisation du souscripteur est primordiale et doit être accordée en toute connaissance de cause" déclare le président Willem Debeuckelaere au journal De Morgen.

L'Institut belge pour la Sécurite Routière (IBSR) se réjouit de cette nouveauté "qui pourra aider à renforcer la sécurité de la circulation".

En savoir plus sur:

Nos partenaires