Mevlüt Cavusoglu. © Reuters

Interdiction d’atterrir aux Pays-Bas pour le ministre turc des Affaires étrangères

Les Pays-Bas ont retiré les droits d’atterrissage de l’avion du ministre turc des Affaires étrangères Mevlüt Cavusoglu, a indiqué le gouvernement samedi. Cela signifie que la visite que M. Cavusoglu devait effectuer à Rotterdam est annulée. Le président turc Recep Tayyip Erdogan a réagi, menaçant les Pays-Bas de riposter et qualifiant l’attitude des Néerlandais de « vestige du nazisme ».

Le gouvernement néerlandais a pris cette mesure car l’ordre public et la sécurité sont menacés, a-t-il indiqué, après qu’un appel a été lancé aux Néerlandais d’origine turque de participer en masse à une manifestation publique avec le ministre turc. Plus tôt dans la journée, Mevlüt Cavusoglu avait menacé de lourdes sanctions politiques et économiques si les Pays-Bas empêchaient sa venue à Rotterdam.

Le ministre turc était attendu samedi à 18h00 à la résidence de fonction du consul turc à Rotterdam. Mais sa visite n’est pas bien vue par le gouvernement néerlandais. M. Cavusoglu fait campagne pour le « oui » à plus de pouvoirs pour le président Erdogan au référendum turc du 16 avril.

Ce sont des vestiges des nazis, ce sont des fascistes

Le président Erdogan a rapidement réagi à la décision néerlandaise. « A partir de maintenant, voyons comment vos avions viennent en Turquie », a-t-il dit en s’adressant à une foule rassemblée à Istanbul. « Bien sûr, je parle ici de diplomates, par des voyages de particuliers. » « Ils ne savent ni ce qu’est la politique, ni ce qu’est la diplomatie internationale », a-t-il poursuivi. « Ils sont si timides, si craintifs. Ce sont des vestiges des nazis, ce sont des fascistes. »

Partner Content