Jeffrey Sachs en 2018 © Getty

Guerre en Ukraine: « La diplomatie est la seule issue »

Ernesto Rodriguez Amari
Ernesto Rodriguez Amari Journaliste et Politologue

L’économiste de renom Jeffrey Sachs craint que les sanctions économiques contre la Russie et l’aide militaire à l’Ukraine ne fassent qu’aggraver le conflit.

Jeffrey Sachs, économiste à l’université Columbia de New York, connaît les sensibilités de l’Europe de l’Est. Il a conseillé plusieurs gouvernements sur la transition du communisme au capitalisme et a pendant des années , il a été conseiller spécial du Secrétaire général des Nations unies. Sachs appelle l’OTAN, les États-Unis et l’Union européenne à s’engager résolument sur la voie de la diplomatie. « La seule façon de sortir de ce conflit, c’est de s’asseoir autour de la table ».

Pensez-vous que les sanctions économiques soient inutiles?

L’Occident mise beaucoup sur les sanctions économiques et la résistance militaire. Il pense pouvoir battre la Russie en Ukraine en agissant ainsi. Mais en pratique, il pousse à l’escalade, tant sur le plan militaire qu’économique. Je suis très inquiet de cette approche. Elle peut échouer de plusieurs façons. Elle pourrait conduire à la destruction de l’Ukraine, à une guerre nucléaire, ou aux deux. Je préférerais que l’accent soit mis sur une solution diplomatique, la recherche d’un compromis. L’Ukraine pourrait alors devenir un pays neutre, plutôt qu’un aspirant-membre de l’OTAN. Ce serait plus sûr pour tout le monde, mais avant tout pour l’Ukraine elle-même. Certains pays occidentaux trouvent cette proposition défaitiste, mais j’ai toujours pensé que l’élargissement de l’OTAN à l’Ukraine était plutôt provocateur, dangereux et inutile.

De nombreuses personnalités aux États-Unis et en Europe estiment que l’Ukraine a le droit d’appartenir à l’OTAN. Ne pas la laisser adhérer serait une pure concession pour éviter la guerre. Je ne suis pas d’accord. Un compromis peut fonctionner. Pendant la crise des missiles de Cuba, il y a 60 ans, les États-Unis sont parvenus à un compromis avec l’Union soviétique pour mettre fin à la crise. Et en 1938, c’est une politique d’apaisement qui a mené au démantèlement de la Tchécoslovaquie. Je ne plaide certainement pas pour un démantèlement de l’Ukraine, mais plutôt pour la neutralité de l’Ukraine, comme c’est le cas pour l’Autriche, la Finlande, la Suède et d’autres pays. Je lierais la neutralité de l’Ukraine à la fin des combats, un retrait militaire russe et la souveraineté de l’Ukraine. J’y vois une forme de prudence plutôt qu’une forme de politique de réconciliation.

Vous citez le Venezuela, l’Iran et la Corée du Nord comme des exemples où les sanctions économiques ont eu l’effet inverse.

Ce que je veux dire, c’est surtout que si les sanctions étendues sont très destructrices pour les économies pénalisées, elles ne conduisent généralement pas les pays pénalisés à accepter une défaite politique. Je ne doute pas que les sanctions touchent durement la Russie. Ce dont je doute, c’est si elles inciteront la Russie à mettre fin à la guerre en Ukraine.

Les stratèges occidentaux estiment que les sanctions affecteront la volonté et la capacité de la Russie à se battre. C’est un gros pari. Et cela contre un adversaire qui possède des armes nucléaires. Je n’ai pas une grande confiance dans les stratèges américains, je dois dire. Ils se trompent souvent et font des prédictions plus positives pour plaire aux politiciens, qui à leur tour veulent apaiser la population. Les grandes déclarations des militaires et des services de renseignement au grand public sont généralement des mensonges, même en temps de paix – et surtout en temps de guerre. Et cela vaut pour les deux parties d’un conflit.

Selon l’économiste Paul Krugman, les sanctions économiques de l’UE et des États-Unis ne servent pas à grand-chose s’il n’y a pas de solidarité énergétique entre les États membres européens. L’Europe paie 660 millions d’euros par jour pour le pétrole russe.

Je ne pense pas que les sanctions économiques vont vaincre la Russie, simplement parce que l’Europe continue à acheter du pétrole russe. Mais même si l’Europe cessait d’acheter du pétrole russe, les Russes seront en mesure de vendre une grande partie de leur pétrole et de leur gaz à d’autres pays.

Que pensez-vous du fait que l’OTAN et l’UE fournissent des armes à l’Ukraine ?

L’envoi d’armes entraîne davantage de morts et de destructions, et même le risque d’une escalade nucléaire. Non, il est préférable de rechercher très activement une solution diplomatique.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky demande à l’UE et à l’OTAN des avions de combat, car il craint que sinon le peuple ukrainien ne soit condamné à une mort lente.

J’espère sincèrement que nous n’enverrons pas d’avions de combat. Voulons-nous vraiment une Troisième guerre mondiale ? Voulons-nous vraiment mettre le monde entier en jeu? L’escalade militaire est extrêmement dangereuse. Nous ne jouons pas à un jeu de société, hein. Nous risquons l’avenir de nos enfants et petits-enfants.

À l’époque, le Premier ministre soviétique, Evgueni Primakov, était déjà opposé à l’élargissement de l’OTAN. Est-ce de là que Vladimir Poutine tire son inspiration?

De nombreux Occidentaux, dont le secrétaire d’État Henry Kissinger, le secrétaire à la Défense William Perry, l’historien et diplomate George Kennan et l’ambassadeur Jack Matlock, pour ne citer qu’eux, s’opposaient également à l’expansion de l’OTAN. Ils ont tous dit que l’élargissement de l’OTAN était provocateur et dangereux.

Pensez-vous que Poutine soit capable de déployer des armes nucléaires stratégiques?

Je pense que c’est possible. Il n’y a personne qui puisse prouver le contraire.

Selon l’historien Adam Tooze, il y a des parallèles entre ce qui se passe actuellement en Ukraine et la Seconde Guerre mondiale.

C’est vrai. La grande différence, c’est que maintenant il y a des armes nucléaires. Et 1600 d’entre elles sont dans les mains des Russes.

Pensez-vous que le président français Emmanuel Macron et le chancelier allemand Olaf Scholz puissent persuader Poutine ?

Ils en sont tous deux capables, oui. Ils devraient rechercher un accord diplomatique, exigeant la fin de la guerre en Ukraine et le retrait des troupes russes en échange de la non-extension de l’OTAN.

Enfin, la guerre provoquera-t-elle une forte inflation en Europe?

On constate déjà une forte pression sur les revenus et sur la production en raison de la destruction du commerce. Nous vivons une stagflation, et cette fois-ci, nous ne sommes pas confrontés à un choc pétrolier ordinaire, mais à une guerre, une pandémie et une épreuve de force avec le risque d’une attaque nucléaire. Ce dont nous avons besoin maintenant, c’est de sagesse, de diplomatie et de bonne chance. Les bravades et les croyances simplistes n’arrêteront pas l’escalade de ce conflit.

Partner Content