© Belga

Philippe et Mathilde au Congo : une visite sous le signe de l’histoire

Olivier Rogeau
Olivier Rogeau Journaliste au Vif

Hommage aux anciens combattants de la Force publique, visite du Musée national consacré à l’histoire des groupes ethniques congolais : le séjour du couple royal dans l’ancienne colonie belge a démarré par un clin d’œil au passé.

Le programme chargé de Philippe et Mathilde cette semaine en RDC a commencé sous le signe de l’histoire coloniale. Ce mercredi 8 juin, la journée des souverains a débuté, au cœur du quartier Kasa Vubu (Kinshasa), par une cérémonie d’hommage aux anciens combattants de la Force publique, l’armée du Congo belge.

Un seul ancien combattant de la Force publique ayant participé à la Seconde Guerre mondiale est encore en vie : le caporal Kunyuku, centenaire depuis le 21 mai. Enrôlé en 1940, il a fait partie du contingent militaire d’appui médical de la Force publique envoyé en Birmanie en 1945. Il préside l’association des Anciens combattants du Congo. La cérémonie a rendu hommage au caporal et, à travers lui, à l’ensemble des anciens combattants et porteurs de la Force publique qui ont joué un rôle dans la victoire des Alliés.

Philippe et Mathilde au musée

Philippe et Mathilde ont ensuite visité le Musée national de la RDC, édifié entre 2016 et 2019 avec des fonds de l’agence de coopération sud-coréenne. Le musée, qui collabore étroitement avec le Musée royal de l’Afrique centrale à Tervuren, est consacré à l’histoire culturelle des nombreux groupes ethniques du pays. Il comprend trois salles d’exposition où sont présentés quelque quatre cents œuvres majeures du patrimoine congolais – masques, fétiches, instruments de musique, ustensiles… – et des vestiges archéologiques. Ses locaux de stockage ont une capacité d’accueil de 12 000 objets. Ils sont déjà pleins et ne peuvent donc héberger les très nombreuses autres pièces encore entassées dans les hangars vétustes du site du Mont Ngaliema, une colline au bord du fleuve Congo où Mobutu avait fait installer son parc présidentiel.

A l’occasion de la visite royale, Philippe a remis solennellement un masque kakuungu de l’ethnie Suku au Musée national. L’objet spectaculaire fait l’objet d’un prêt de longue durée du Musée de Tervuren.

Trois indiscrétions sur levoyage royal au Congo

– Le pape François fait de la concurrence à Philippe et Mathilde. Sa venue en RDC début juillet est annoncée par des panneaux géants sur les grands axes de Kinshasa. L’initiative revient à l’Eglise catholique congolaise, très puissante au Congo.
 
-La presse kinoise a tardé à évoquer la venue du roi et de la reine des Belges. En cause : un couac entre la présidence et ces médias. En RDC, les journaux ont pour habitude de se faire payer par le pouvoir les articles publiés.
 
-La communauté belge à Kinshasa a eu connaissance du programme détaillé de la visite royale dans la capitale congolaise. Du coup, l’info suivante a été diffusée dans ses rangs : évitez de circuler à proximité du parcours, qui provoquera des bouchons considérables. Kin est déjà, en temps normal, une mégalopole très encombrée.

Par Olivier Rogeau, envoyé spécial en RDC

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content