© BELGA

Nouveau lockdown aux Pays-Bas : la Belgique doit-elle aussi resserrer la vis ?

Caroline Lallemand
Caroline Lallemand Journaliste

Les Pays-Bas ont annoncé un nouveau confinement « inéluctable ». Quelle est la situation sanitaire en Belgique ? Doit-on craindre des mesures plus strictes ?

Le gouvernement néerlandais a annoncé ce samedi soir un nouveau lockown « inéluctable » pendant les fêtes de fin d’année.

« Je suis ici ce soir d’humeur sombre« , a déclaré le Premier ministre Mark Rutte. « Résumée en une phrase : Les Pays-Bas seront à nouveau confinés à partir de demain. C’est inévitable à cause de la cinquième vague avec le variant Omicron qui arrive. »

Le but de ce tour de vis est de contenir ce variant beaucoup plus contagieux que le Delta. Le chef de l’équipe néerlandaise de gestion de l’épidémie, Jaap van Dissel, a déclaré pendant la même conférence de presse qu’Omicron dépasserait le variant Delta pour devenir dominant aux Pays-Bas d’ici à la fin de l’année.

Omicron pourrait entraîner un nouveau pic de contaminations qui « menacerait alors de submerger les hôpitaux« , a souligné l’Institut national de santé publique et de l’environnement (RIVM) samedi. Le confinement sera d’application jusqu’au 14 janvier 2022 au moins. Entre-temps, si les indicateurs de l’épidémie baissent significativement, le gouvernement ajustera les mesures.

Ces mesures entreront en vigueur dimanche matin, 5 heures, et dureront au moins jusqu’au 14 janvier. La recommandation la plus urgente concerne la « bulle de contacts ». Les citoyens ne peuvent plus recevoir que deux invités chez eux par jour, contre quatre auparavant. Il est fortement recommandé aux citoyens de rester chez eux.

Exceptions faites pour le réveillon de Noël, le jour de Noël et le lendemain de Noël, ainsi que pour le réveillon de la Nouvelle année: la norme pour les visites à domicile est portée à un maximum de 4 personnes âgées de 13 ans et plus par jour.

Tous les services et commerces « non essentiels » doivent fermer.

Les supermarchés, les boulangeries, les drogueries, les pharmacies, les banques et les prêteurs hypothécaires pourraient continuer à fonctionner dans les semaines à venir, avec néanmoins une jauge d’affluence et l’obligation de porter un masque. Les plats à emporter resteront également possibles dans les restaurants, rapporte le média néerlandais De Telegraaf sur son site.

Le Premier Ministre Mark Rutte.
Le Premier Ministre Mark Rutte.© BELGA

Les écoles et l’accueil extra-scolaire garderont portes closes jusqu’au 9 janvier au minimum. Plus tôt cette semaine, les Pays-Bas avaient déjà annoncé la fermeture anticipée des écoles primaires avant les vacances de Noël à cause d’Omicron.

Le gouvernement néerlandais réévaluera la situation le 3 janvier, afin de déterminer si les écoles peuvent ou non rouvrir le 10 janvier. Un accueil d’urgence sera toutefois prévu pour les enfants dont les parents travaillent dans des secteurs essentiels. Des exceptions sont également de mise pour les formations pratiques et les examens.

Les musées, cinémas et théâtres ferment. Les marchés de Noël ne sont plus permis.

Les événements sont interdits, avec une exception concernant les funérailles jusqu’à 100 convives et les marchés hebdomadaires.

« Faites du sport! »

Les compétitions sportives de haut niveau peuvent continuer, mais dans des stades vides.

Les salles de sport devront aussi fermer. Les enfants et jeunes jusqu’à 17 ans pourront continuer à s’entraîner à l’extérieur jusqu’à 17h00 et jouer des matchs au sein de leur propre club. Les compétitions inter-clubs sont, elles, suspendues. Les adultes, quant à eux, devront faire du sport seul ou à deux maximum, en respectant 1,5 mètre de distance.

Le Premier ministre démissionnaire Mark Rutte a exhorté la population à « se promener, faire du vélo, ou encore courir » car « le sport est bon pour la santé et important ». L’impact d’un confinement sur la société est grand, et d’autant plus durant les fêtes de fin d’année, a reconnu M. Rutte. Une situation « terrible », surtout pour les personnes isolées, les parents et les jeunes. Mais le variant Omicron « se propage plus rapidement que ce que nous craignions déjà », a-t-il poursuivi.

Les experts de l »Outbreak Management Team’ (OMT), chargés de conseiller le gouvernement néerlandais dans la gestion de la pandémie, avaient préconisé dans leur dernier rapport une fermeture de tous les secteurs du pays, à l’exception de magasins jugés essentiels.

Et en Belgique ?

Dans ce contexte, va-t-on aussi vers des décisions plus strictes en Belgique comme aux Pays-Bas ? La situation est différente. Par rapport à la Belgique, la campagne de rappel de vaccin a commencé beaucoup plus tard aux Pays-Bas, ce qui explique en grande partie pourquoi le gouvernement doit maintenant agir de manière aussi radicale. Aux Pays-Bas, 8,47 rappels par 100 habitants ont déjà été effectués, dans notre pays, ce chiffre est de près de 26 par 100 habitants, explique De Morgen.

Bien que le nombre d’infections dans notre pays ait commencé à diminuer,elles restent encore à un niveau élévé. L’augmentation du variant Omicron est tout aussi préoccupante sur le sol belge. Ce nouveau variant beaucoup plus contagieux est en forte progression. Ce qui préoccupe grandement les experts. Il représente désormais 10% des contamination selon le microbiologiste Emmanuel André qui l’a annoncé ce dimanche sur Twitter.

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Ce pourcentage a doublé en l’espace de trois jours. Il y a deux semaines, il n’était que de 0,3%.  » Nous constatons un doublement tous les deux ou trois jours et une multiplication par dix en dix jours. Ça va très vite » a averti le virologue Marc Van Ranst (KULeuven). Le biostatisticien Geert Molenberghs a fait, de son côté, des projections qui montrent une dominance d’Omicron entre Noël et le Nouvel An.

Pas de confinement attendu en Belgique

Sur VTM NEWS, Marc Van Ranst réagit: « Nous devrons probablement, nous aussi, resserrer la vis ». Il a néanmoins rappelé que la situation actuelle était meilleure en Belgique que chez nos voisins néerlandais.

Le microbiologiste Emmanuel André tire aussi la sonnette d’alarme ce dimanche sur Twitter:

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

De son côté, La ministre de la Santé wallonne, Christie Morreale, a été claire sur RTL : « Un nouveau confinement n’est pas d’actualité en Belgique ».

Elle assure : « Un lockdown n’est pas sur la table du gouvernement à ce stade, et je pense que c’est important en vue du Comité de concertation. »

« On a, par rapport aux Pays-Bas, beaucoup d’avance pour la 3e dose de vaccin. On a trois fois plus de 3e doses. Ils ont moins de lits en soins intensifs qu’en Belgique. On est mieux outillés. Néanmoins, on voit bien ce qui arrive. Le variant Omicron est beaucoup plus contagieux. 2 doses de vaccin ne suffisent pas pour être protégés correctement. Il faut un bouclier à 3 doses. On va arriver à 1 million de personnes vaccinées avec les 3 doses. Il faut que ça continue et que toutes les personnes invitées et éligibles se rendent dans un centre de vaccination. »

La ministre a cependant ajouté que la vaccination ne suffira pas. « Il faut aérer très fort, mettre son masque quasi en permanence et les règles de distanciation sociale doivent être respectées. On ne sait pas dire à quel point ce variant va augmenter les contaminations. Dans les hôpitaux, les soignants sont sur les genoux, donc à un moment donné, le système risque de craquer. Chacun doit se montrer responsable et être conscient de la gravité de la situation. « 

François De Smet, le président de Défi, voit Omicron comme un véritable tsunami auquel la Belgique doit se préparer.

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Le Codeco prévu ce mercredi 22 décembre ne devrait pas annoncer de mesures plus strictes, selon Morreale. Cependant, des assouplissements ne sont pas non plus à l’ordre du jour. Le ministre de la Santé Frank Vandenbroucke (Vooruit) a déjà annoncé la couleur la semaine passée dans ce sens : il n’y aura aucun relâchement des mesures sanitaires actuellement en vigueur. Il dit ne pas exclure non plus de nouvelles restrictions.

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content