Les chiffres de Sciensano sont criants : depuis le début de la pandémie, la Belgique comptabilise un total de 1.980.120 cas confirmés, et 27.729 morts sur une population totale de 11.500.000 habitants. Fin janvier 2021, on recensait déjà 20.500 décès dus au covid. Cela signifie donc qu'en un an, au moins 7000 personnes sont décédées des suites de complications engendrées par le virus, soit un peu moins de la moitié des décès rapportés en 2020.

Peut-on considérer cela comme une petite victoire de la Belgique? D'être parvenu à réduire considérablement son taux de mortalité en l'espace de 12 mois? Depuis le 13 mars 2020, date du début de l'épidémie en Belgique, des mesures ont en effet été adoptées par les autorités pour y faire face. Leur objectif? Ralentir l'expansion de la maladie, aplatir la courbe d'infections, éviter l'engorgement des hôpitaux et empêcher la saturation des services de soins intensifs.

Aujourd'hui encore, la mission du gouvernement reste la même : s'armer efficacement pour mieux lutter contre l'envahisseur. Vaccin, Covid Safe Ticket, fermetures à gogo... Tous les moyens sont bons pour y parvenir. Ou pas... Car si le plat pays a effectivement réussi à limiter son taux de mortalité en 2021, il demeure à ce jour l'un des États les plus touchés au monde.

Nombre total de décès: Belgique, 26e du classement

À l'heure d'écrire ces quelques lignes, quatre tendances peuvent être observées. Premièrement, le pic des contaminations de cette 4e vague semble avoir été atteint, et le nombre de nouveaux cas de covid diminue progressivement. Ainsi, du 5 au 11 décembre, la moyenne des nouveaux cas était de12.963 par jour, un recul de 23% par rapport à la semaine précédente.

Ensuite, le nombre d'admissions à l'hôpital poursuit lui aussi sa baisse, avec une moyenne de 263,3 par jour (-10%) entre le 8 et le 14 décembre. On serait en effet passé de 321,9 admissions par jour le 2 décembre, à 283,3 le 10 décembre et 270 hospitalisations le 15 décembre.

Évolution moins importante, mais tout de même notable : le nombre de personnes en soins intensifs. Si l'on compare les données sur la période du 7 au 14 décembre, les hôpitaux recensent exactement le même taux de patients en soins intensifs, c'est-à-dire 815 personnes. Par contre, si on observe les trois derniers jours, on remarque que la tendance générale est à la baisse, puisqu'on passe de 838 patients hospitalisés dans ces unités le 13 décembre à 804 personnes le 15 décembre.

Pour ce qui est des décès, la courbe semble également se stabiliser vers le bas: ces 7 derniers jours, Sciensano note une baisse de 11% du nombre de patients décédés à cause du covid.

Bref, tout semble indiquer que le pire est derrière nous. Néanmoins, tous ces chiffres ne font pas de la Belgique un bon élève en matière de lutte contre le covid. En chiffres bruts, la Belgique figure à la 26e place du classement des pays qui présentent le nombre le plus élevé de décès, derrière l'Iraq et la Thaïlande.

Taux de mortalité: la Belgique, 22e du classement

Par rapport à son nombre d'habitants, la Belgique reste aujourd'hui encore l'un des pays les plus durement frappés par la pandémie. Avec un taux de 242,77 décès pour 100.000 habitants, notre plat pays figure à la 22e place du classement des États présentant le plus haut taux de mortalité.

Elle se classe juste derrière les États-Unis (245,29 morts pour 100.000 habitants), dont le bilan est pourtant de loin le plus élevé au monde: le nombre de morts aux États-Unis de Covid-19 a en effet dépassé les 800.000, un chiffre autrefois inimaginable.

Souvenez-vous : en mars 2020, l'ex-président américain Donald Trump annonçait, d'un air autosatisfait : "Si nous limitons le nombre de morts à 100.000, nous aurons fait du très bon boulot". Des prévisions très clairement dépassées aujourd'hui.

Les chiffres de Sciensano sont criants : depuis le début de la pandémie, la Belgique comptabilise un total de 1.980.120 cas confirmés, et 27.729 morts sur une population totale de 11.500.000 habitants. Fin janvier 2021, on recensait déjà 20.500 décès dus au covid. Cela signifie donc qu'en un an, au moins 7000 personnes sont décédées des suites de complications engendrées par le virus, soit un peu moins de la moitié des décès rapportés en 2020. Peut-on considérer cela comme une petite victoire de la Belgique? D'être parvenu à réduire considérablement son taux de mortalité en l'espace de 12 mois? Depuis le 13 mars 2020, date du début de l'épidémie en Belgique, des mesures ont en effet été adoptées par les autorités pour y faire face. Leur objectif? Ralentir l'expansion de la maladie, aplatir la courbe d'infections, éviter l'engorgement des hôpitaux et empêcher la saturation des services de soins intensifs. Aujourd'hui encore, la mission du gouvernement reste la même : s'armer efficacement pour mieux lutter contre l'envahisseur. Vaccin, Covid Safe Ticket, fermetures à gogo... Tous les moyens sont bons pour y parvenir. Ou pas... Car si le plat pays a effectivement réussi à limiter son taux de mortalité en 2021, il demeure à ce jour l'un des États les plus touchés au monde. À l'heure d'écrire ces quelques lignes, quatre tendances peuvent être observées. Premièrement, le pic des contaminations de cette 4e vague semble avoir été atteint, et le nombre de nouveaux cas de covid diminue progressivement. Ainsi, du 5 au 11 décembre, la moyenne des nouveaux cas était de12.963 par jour, un recul de 23% par rapport à la semaine précédente.Ensuite, le nombre d'admissions à l'hôpital poursuit lui aussi sa baisse, avec une moyenne de 263,3 par jour (-10%) entre le 8 et le 14 décembre. On serait en effet passé de 321,9 admissions par jour le 2 décembre, à 283,3 le 10 décembre et 270 hospitalisations le 15 décembre.Évolution moins importante, mais tout de même notable : le nombre de personnes en soins intensifs. Si l'on compare les données sur la période du 7 au 14 décembre, les hôpitaux recensent exactement le même taux de patients en soins intensifs, c'est-à-dire 815 personnes. Par contre, si on observe les trois derniers jours, on remarque que la tendance générale est à la baisse, puisqu'on passe de 838 patients hospitalisés dans ces unités le 13 décembre à 804 personnes le 15 décembre.Pour ce qui est des décès, la courbe semble également se stabiliser vers le bas: ces 7 derniers jours, Sciensano note une baisse de 11% du nombre de patients décédés à cause du covid. Bref, tout semble indiquer que le pire est derrière nous. Néanmoins, tous ces chiffres ne font pas de la Belgique un bon élève en matière de lutte contre le covid. En chiffres bruts, la Belgique figure à la 26e place du classement des pays qui présentent le nombre le plus élevé de décès, derrière l'Iraq et la Thaïlande. Par rapport à son nombre d'habitants, la Belgique reste aujourd'hui encore l'un des pays les plus durement frappés par la pandémie. Avec un taux de 242,77 décès pour 100.000 habitants, notre plat pays figure à la 22e place du classement des États présentant le plus haut taux de mortalité.Elle se classe juste derrière les États-Unis (245,29 morts pour 100.000 habitants), dont le bilan est pourtant de loin le plus élevé au monde: le nombre de morts aux États-Unis de Covid-19 a en effet dépassé les 800.000, un chiffre autrefois inimaginable. Souvenez-vous : en mars 2020, l'ex-président américain Donald Trump annonçait, d'un air autosatisfait : "Si nous limitons le nombre de morts à 100.000, nous aurons fait du très bon boulot". Des prévisions très clairement dépassées aujourd'hui.