Tout sur trêve

La trêve humanitaire censée durer jusqu'à vendredi soir au Yémen a volé en éclats mardi, la coalition arabe conduite par Ryad ayant repris ses raids aériens contre les rebelles Houthis alors que de sanglants combats se déroulaient au sol, selon des sources militaires.

La perspective d'un cessez-le-feu prenait corps dimanche au Yémen après des réactions plutôt positives des rebelles Houthis et de leurs alliés à une offre de trêve de l'Arabie saoudite destinée à faciliter l'arrivée de l'aide humanitaire vitale pour les civils.

La bande de Gaza reprenait vie petit à petit mercredi, au lendemain d'un accord de cessez-le-feu mettant fin à 50 jours d'un conflit dévastateur dans l'enclave, alors qu'Israël et les Palestiniens revendiquaient la victoire.

Le cessez-le-feu entré en vigueur mardi dans la bande de Gaza prévoit l'ouverture immédiate des points de passage entre Israël et l'enclave palestinienne pour "l'entrée rapide de l'aide humanitaire, des secours et des moyens de reconstruction", a annoncé la médiation égyptienne.

Le cessez-le-feu en vigueur depuis huit jours dans la bande de Gaza entre Israéliens et Palestiniens sera prolongé de 24 heures, ont annoncé lundi les négociateurs palestiniens et la médiation égyptienne au Caire, à une heure de l'expiration de la trêve.

Une trêve de 72 heures est entrée en vigueur dans la bande de Gaza lundi à 00H01 locales (21h01 GMT), à charge à présent pour les négociateurs de la transformer en trêve durable mettant fin à une guerre entre Israël et le Hamas qui a fait près de 2.000 morts.

Les principaux mouvements palestiniens, dont le Jihad islamique et le Hamas qui contrôle la bande de Gaza, sont "prêts à une trêve humanitaire de 24h" dans le conflit avec Israël, a déclaré mardi un responsable de l'Organisation de libération de la Palestine.

La trêve annoncée le jour de Noël dans une banlieue de Damas a été de courte durée jeudi, alors que l'armée de l'air bombardait pour le douzième jour consécutif des secteurs rebelles d'Alep et de sa province, dans le nord. Entre le 15 et le 25 décembre, ces raids du régime ont fait 422 morts, en majorité les civils, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

Un Palestinien a été tué vendredi par l'armée israélienne dans le sud de la bande de Gaza, pour la première fois depuis l'entrée en vigueur d'une trêve mercredi soir, selon les services d'urgences du territoire palestinien gouverné par le Hamas.

Des célébrations ont éclaté mercredi soir dans la bande de Gaza contrôlée par le Hamas peu après l'entrée en vigueur à 19 h GMT de la trêve conclue entre Israël et le mouvement islamiste palestinien, annoncé par le ministre égyptien des Affaires étrangères Mohammed Kamel Amr.

Le régime et les rebelles en Syrie ont accepté jeudi d'observer un cessez-le-feu pendant quatre jours à partir de vendredi pendant la fête musulmane de l'Adha mais le succès de cette trêve, âprement négociée par l'émissaire de l'ONU, semble incertain.

Le Roi a refusé la démission du formateur Elio Di Rupo et lui a demandé de poursuivre sa mission. Il propose toutefois une trêve dans les négociations jusqu'à la mi-août. Ensuite, les discussions commenceront sur les propositions de loi relatives à BHV et les autres aspects de la réforme de l'Etat.

Le mouvement islamiste Hamas, au pouvoir à Gaza, a ordonné jeudi à ses forces de sécurité de faire respecter une trêve militaire avec Israël pour éviter l'escalade dans les tensions.