Tout sur Rudi Vervoort

Face à la détérioration de la situation épidémiologique dans notre pays, le comité de concertation n'a procédé à aucun assouplissement des règles sanitaires. "En pleine tempête, il ne faut pas décoller", a déclaré le Premier ministre Alexander De Croo (Open VLD).

Le ministre bruxellois de la Santé Alain Maron (Ecolo) souhaite un accord sur les grands principes de la réforme de la prise en charge des personnes âgées durant l'année en cours. A ses yeux, il s'agira de "prendre soins de nos aînés dans des lieux de vie", et non plus "des résidents dans des institutions de soins". Le ton des échanges avec l'opposition est quelque peu monté.

Le président du MR, Georges-Louis Bouchez, a exprimé samedi sa ferme opposition à l'autorisation, dès la prochaine rentrée académique, de signes convictionnels -dont le port du voile- dans les établissements d'enseignement supérieur officiel organisés par Wallonie-Bruxelles Enseignement (WBE).

Après la fronde de tous les partis de la capitale, le ministre-président Rudi Vervoort (PS) a malgré tout confirmé le "oui" régional. Moyennant l'apport des Communautés et une ambition pour la ville.

Les six zones de police bruxelloises travailleront ensemble pour la nuit du Nouvel An, comme l'an dernier. Le chef de corps de la zone de Bruxelles-Capitale Ixelles, Michel Goovaerts, se chargera de la coordination depuis le nouveau centre de crise régional inauguré en septembre, a indiqué le gouvernement bruxellois jeudi.

Il n'y aura pas d'exception au régime de couvre-feu de 22h à 6h du matin imposé en Région bruxelloise dans le cadre de la lutte contre la pandémie de Covid-19, ni à Noël, ni lors de la nuit du passage au Nouvel An, a décidé le ministre-président bruxellois Rudi Vervoort.

La taxe kilométrique bruxelloise fait beaucoup de bruit mais la mobilité est loin d'être le seul domaine pour lequel les entités doivent impérativement et rapidement trouver un modus vivendi (stratégie de déconfinement, stratégie de vaccination, plan de relance). A défaut de concertation sur tous ces points, on fera face à un pays et des citoyens déconcertés. L'édito d'Anne-Sophie Bailly, rédactrice en chef du Vif/L'Express.