Tout sur réfugié

Un faux journal qui a pour objectif de casser les préjugés sur les migrants est distribué gratuitement jeudi matin à 100.000 exemplaires par 150 bénévoles dans les gares de Bruxelles et de Wallonie. Réalisé par une trentaine d'associations et empruntant les codes graphiques des journaux du groupe Sudpresse, "Bienvenu" se veut une démarche positive tout en dénonçant les dérives de la presse populaire en général.

Le Parlement européen se montrait critique mardi concernant le pré-accord conclu la veille entre les chefs d'Etat et de gouvernement européens et la Turquie sur la crise migratoire. Seul le PPE (conservateurs) prenait la défense des décisions prises lors du sommet extraordinaire à Bruxelles.

Faciliter l'accès à l'emploi et à la formation pour les migrants les plus sûrs d'obtenir l'asile: c'est l'une des dix propositions de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) pour favoriser l'intégration des réfugiés, dans un rapport publié jeudi.

C'est une autre facette du débat brûlant sur la crise de réfugiés en Europe: leur afflux plombera-t-il une économie encore convalescente ou dynamisera-t-il l'activité en renouvelant une population active vieillissante ?

Les décisions prises ces derniers jours par l'Union européenne pour répondre à la crise des réfugiés et pour accorder sa politique d'asile vont dans la bonne direction, mais elles doivent encore être complétées, a affirmé jeudi Antonio Guterres, le Haut Commissaire de l'ONU pour les Réfugiés.

Les ministres européens de l'Intérieur ont approuvé, lors d'un rare vote à la majorité qualifiée, le plan de relocalisation de 120.000 réfugiés et migrants, révélant une fracture entre la "Vieille Europe" et certains des nouveaux Etats membres est-européens. Un texte précise déjà la destination de 66.000 réfugiés. La Belgique en accueillerait 2.448.

Les ministres européens de l'Intérieur ont trouvé lundi à Bruxelles un accord politique de principe sur la répartition de 160.000 réfugiés entre les pays de l'UE, qui devra être formalisé le mois prochain, a indiqué en soirée le ministre allemand, Thomas de Maizière.

L'agence fédérale pour l'accueil des demandeurs d'asile Fedasil examine si la base aérienne de Coxyde pourrait accueillir 1.000 candidats réfugiés, rapporte lundi la télévision régionale Focus-WTV. L'information est confirmée par le bourgmestre de la localité, Marc Vanden Bussche. Si la station balnéaire ne se dit pas opposée à l'accueil de candidats réfugiés, elle estime toutefois le nombre envisagé disproportionné.