Tout sur Gérôme Billois

Les failles de sécurité annoncées successivement par Facebook puis Google sur leurs réseaux sociaux sont venues rappeler ces dernières semaines une réalité trop souvent sous-estimée, tant par les internautes que par nombre d'entreprises: en cybersécurité, le risque zéro n'existe pas.

Suspendre des milliers de comptes pour apologie ou promotion du terrorisme, comme vient de le faire Twitter, est une mesure nécessaire mais loin d'être suffisante pour entraver les actions des cyber-djihadistes, estiment des experts