Tout sur Déchets

Elles sont censées proposer une alternative écologique aux déplacements en voiture. Pourtant, les trottinettes électriques polluent, elles aussi. Notamment car elles ne sont pas recyclées. Mais une filière se développe, où deux entreprises belges se positionnent.

Les pays de l'UE doivent améliorer leur gestion des déchets, notamment plastiques et électroniques, et recycler davantage pour limiter l'impact négatif sur l'environnement, a préconisé l'Agence européenne de l'environnement (EEA) dans deux rapports.

Chaque année, plus de 220.000 réfrigérateurs et congélateurs n'arrivent pas dans un centre de traitement agréé, selon une enquête menée par Recupel. Les objets disparus sont à l'origine d'émissions de C02 équivalant à environ 42.000 tours de la Terre avec un véhicule diesel, illustre l'ASBL chargée de la collecte et du traitement des appareils électr(on)iques et des ampoules usagés.

54 %. En Europe, pratiquement aucun autre pays ne recycle mieux ses déchets que la Belgique. Mais il reste tout de même 46 % d'ordures qui, pour la plupart, partent en fumée. Technologiquement, quasiment tout est recyclable. Alors, qu'est-ce qu'on attend ? Des filières et des usines, parfois. Ou des solutions économiquement viables. Mais, parfois, une revalorisation se révèle une moins bonne idée que l'incinération...

Changer le monde en éradiquant les ordures : pour les adeptes du " zéro déchet ", ça n'a rien d'une utopie. Ils sont de plus en plus nombreux à adopter ce mode de vie, basé sur un refus de la surconsommation. Achats en vrac, do it yourself, réutilisation, recyclage, compost... Tous les moyens sont bons pour ne plus produire aucun détritus. Et réaliser des économies.

Près de 54 millions de tonnes en 2012. Presque 58 millions en 2014. Et plus de 63 millions en 2016 (dernières données disponibles). Les chiffres de Stabel, l'Office belge de statistique, sont implacables : le poids des déchets produits en Belgique augmente non-stop.