Tout sur Bosnie

A travers les trente-deux qualifiés pour la Coupe du monde 2018, Le Vif/L'Express montre combien le sport roi et la politique sont intimement liés. Dix-septième volet : comment la Serbie a pris le relais de la Yougoslavie dans le chaos et la violence. Et pourquoi le foot démontre que rien n'est définitivement réglé dans la région, en dépit d'un rapprochement avec l'Union européenne.

Sa condamnation à vingt ans de prison pour crimes contre l'humanité venait d'être confirmée. Face aux juges, le général croate de 72 ans s'est alors écrié, en parlant de lui-même : "Slobodan Praljak n'est pas un criminel de guerre. Je rejette avec mépris votre verdict !", puis a avalé du cyanure. Il est mort quelques heures plus tard.

Zoran le Croate et Edin le Bosniaque, qui furent dans des camps opposés, aimeraient passer à autre chose: mais leur ville de Mostar reste profondément divisée, stigmate du conflit entre leurs communautés.

Dans l'Histoire des opérations de paix de l'ONU, plusieurs missions restent marquées au fer rouge. En 1995 en Bosnie, les Casques bleus ont échoué à prévenir le massacre de Srebrenica, un an après un échec retentissant à empêcher un génocide au Rwanda.

Surnommé le "Boucher des Balkans", l'ancien chef militaire des Serbes de Bosnie, Ratko Mladic, a été condamné mercredi à la perpétuité par la justice internationale pour génocide, crimes contre l'humanité et crimes de guerre.

En Bosnie et au Kosovo, des salafistes mettent en cause l'autorité des imams traditionnels. Leur prosélytisme, soutenu par l'Arabie saoudite, inquiète l'Europe.