Tout sur Aung San Suu Kyi

L'ex-dirigeante birmane Aung San Suu Kyi, renversée par un coup d'Etat militaire, a été inculpée pour corruption, accusée par la junte d'avoir perçu plus d'un demi-million de dollars et onze kilos d'or de pots-de-vin.

La junte au pouvoir en Birmanie depuis le coup d'Etat du 1er février menace de dissoudre le parti politique de l'ex-dirigeante civile démise, Aung San Suu Kyi, en invoquant des accusations de fraudes aux dernières élections législatives, a déclaré un responsable.

Les manifestations quotidiennes du peuple birman ainsi que les critiques internationales et sanctions occidentales n'ont pour l'instant pas réussi à infléchir la junte militaire. Depuis le coup d'État du 1er février qui a renversé le pouvoir de la cheffe du gouvernement civil Aung San Suu Kyi, plus de 500 civils ont été tués par les forces de sécurité. Le bilan "est probablement beaucoup plus élevé " indique l'Association d'assistance aux prisonniers politiques, car des centaines de personnes, arrêtées ces deux derniers mois, sont portées disparues.

La répression orchestrée par les militaires birmans a fait un premier mort vendredi, une jeune fille blessée par balle la semaine dernière devenue une icône pour les manifestants qui continuent à se mobiliser pour dénoncer le putsch.