"Pour l'instant, nous ne souhaitons pas voir une utilisation généralisée des doses de rappel pour les personnes en bonne santé qui sont entièrement vaccinées", a déclaré le directeur général de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus, en conférence de presse.

"Je ne resterai pas silencieux lorsque les entreprises et les pays qui contrôlent l'approvisionnement mondial en vaccins pensent que les pauvres du monde doivent se contenter des restes", a-t-il lancé, irrité.

Début août, le patron de l'OMS avait voulu décreter un moratoire sur les doses de rappel jusqu'à fin septembre, mais plusieurs pays riches lui ont publiquement opposé une fin de non recevoir et lancé leur campagne de rappel de vaccination, dite de troisième dose.

Mercredi, le Dr Tedros a malgré tout appelé "à une prolongation du moratoire au moins jusqu'à la fin de l'année 2021 pour permettre à chaque pays de vacciner au moins 40% de sa population".

L'OMS n'a de cesse de dénoncer les difficultés d'accès aux vaccins dans les pays pauvres.

"Les objectifs mondiaux de l'OMS restent d'aider chaque pays à vacciner au moins 10% de sa population d'ici la fin du mois, au moins 40% d'ici la fin de l'année et 70% de la population mondiale d'ici le milieu de l'année prochaine", a détaillé le Dr Tedros.

Il a également indiqué avoir participé à la dernière réunion des ministres de la Santé du G20 les 5 et 6 septembre à Rome: "ils m'ont assuré qu'ils feraient tout pour apporter les vaccins nécessaires pour atteindre l'objectif de 40% à la fin de cette année".

Le patron de l'OMS s'est par ailleurs dit "consterné" par les déclarations de l'industrie pharmaceutique qui a indiqué mardi que la production de vaccins contre le Covid serait bientôt plus que suffisante pour assurer la vaccination pour tous.

"En réalité, les fabricants ont depuis longtemps la capacité de vacciner non seulement leurs propres groupes prioritaires, mais de soutenir simultanément la vaccination de ces mêmes groupes dans tous les pays", a avancé le Dr Tedros.

"Nous avons les solutions pour arrêter la transmission (du virus) et sauver des vies. Mais ces solutions ne sont pas bien utilisées ni bien partagées", a-t-il insisté. Il a déploré que les pays riches n'aient donné que 15% du milliard de doses promises. "Nous ne voulons plus de promesses. Nous voulons juste les vaccins!", a-t-il dit.

Où en est-on avec Covax?

Covax espère vacciner cette année 20% de la population mondiale des pays pauvres contre le Covid, bien en-deçà des objectifs initiaux, ont indiqué mercredi les fondateurs du mécanisme de financement international, dont l'Alliance du vaccin (Gavi) et l'OMS.

Le système Covax est censé permettre à 92 Etats et territoires défavorisés de recevoir gratuitement des vaccins financés par des nations plus prospères. Mais les fondateurs de Covax dénoncent régulièrement l'inégalité criante dans l'accès à la vaccination entre les populations des pays pauvres et des pays riches.

Dans un communiqué conjoint, ils ont souligné que l'inégalité d'accès reste "inacceptable", avec seulement 20% des habitants des pays à revenu faible et moyen inférieur qui ont reçu une première dose de vaccin, contre 80% dans les pays à revenu élevé et moyen supérieur.

Pour sa part, Covax n'a pour le moment pu distribuer que 243 millions de doses dans 139 pays défavorisés, a indiqué en conférence de presse Ann Ottosen, de la division des approvisionnements du Fonds des Nations unies pour l'enfance (Unicef), en conférence de presse.

"La plupart des pays du monde ont maintenant reçu des doses de Covax. Ce n'est que le début", a assuré pour sa part le Dr Seth Berkley, qui dirige Gavi."Nous prévoyons de disposer de 1,1 milliard de doses supplémentaires à livrer d'ici la fin de l'année", a-t-il annoncé.

Selon ses dernières prévisions publiées mercredi, Covax espère disposer d'un total de 1,425 milliard de doses en 2021, alors que le système tablait initialement sur deux milliards. Covax espère désormais atteindre cette échéance au premier trimestre de 2022.

Les pays pauvres participant à Covax recevront la grande majorité des plus de 1,4 milliard de doses cette année (1,2 milliards), "ce qui est suffisant pour protéger environ 20% de la population, soit environ 40% des adultes de ces pays, sans prendre en compte l'Inde", a expliqué M. Berkley.

Le Serum Institute of India (SII), un gros producteur de vaccins AstraZeneca, devait initialement jouer un rôle de premier plan dans la fourniture de vaccins assurée dans le cadre du système Covax mais, en raison de l'explosion de la pandémie dans ce pays, New Delhi a interdit leur exportation pour combattre la diffusion du Covid-19 sur le territoire indien.

Covax est ainsi tributaire des dons de vaccins par les pays les plus riches qui accaparent les doses."Aujourd'hui, la capacité de Covax à protéger les personnes les plus vulnérables dans le monde continue d'être entravée par les interdictions d'exportation, la priorité accordée aux accords bilatéraux entre les fabricants et les pays, les difficultés à augmenter la production de certains producteurs clés et les retards dans le dépôt des demandes d'homologation", ont indiqué ces organisations dans un communiqué conjoint.

"Pour l'instant, nous ne souhaitons pas voir une utilisation généralisée des doses de rappel pour les personnes en bonne santé qui sont entièrement vaccinées", a déclaré le directeur général de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus, en conférence de presse."Je ne resterai pas silencieux lorsque les entreprises et les pays qui contrôlent l'approvisionnement mondial en vaccins pensent que les pauvres du monde doivent se contenter des restes", a-t-il lancé, irrité.Début août, le patron de l'OMS avait voulu décreter un moratoire sur les doses de rappel jusqu'à fin septembre, mais plusieurs pays riches lui ont publiquement opposé une fin de non recevoir et lancé leur campagne de rappel de vaccination, dite de troisième dose.Mercredi, le Dr Tedros a malgré tout appelé "à une prolongation du moratoire au moins jusqu'à la fin de l'année 2021 pour permettre à chaque pays de vacciner au moins 40% de sa population".L'OMS n'a de cesse de dénoncer les difficultés d'accès aux vaccins dans les pays pauvres."Les objectifs mondiaux de l'OMS restent d'aider chaque pays à vacciner au moins 10% de sa population d'ici la fin du mois, au moins 40% d'ici la fin de l'année et 70% de la population mondiale d'ici le milieu de l'année prochaine", a détaillé le Dr Tedros.Il a également indiqué avoir participé à la dernière réunion des ministres de la Santé du G20 les 5 et 6 septembre à Rome: "ils m'ont assuré qu'ils feraient tout pour apporter les vaccins nécessaires pour atteindre l'objectif de 40% à la fin de cette année". Le patron de l'OMS s'est par ailleurs dit "consterné" par les déclarations de l'industrie pharmaceutique qui a indiqué mardi que la production de vaccins contre le Covid serait bientôt plus que suffisante pour assurer la vaccination pour tous."En réalité, les fabricants ont depuis longtemps la capacité de vacciner non seulement leurs propres groupes prioritaires, mais de soutenir simultanément la vaccination de ces mêmes groupes dans tous les pays", a avancé le Dr Tedros."Nous avons les solutions pour arrêter la transmission (du virus) et sauver des vies. Mais ces solutions ne sont pas bien utilisées ni bien partagées", a-t-il insisté. Il a déploré que les pays riches n'aient donné que 15% du milliard de doses promises. "Nous ne voulons plus de promesses. Nous voulons juste les vaccins!", a-t-il dit.Où en est-on avec Covax?Covax espère vacciner cette année 20% de la population mondiale des pays pauvres contre le Covid, bien en-deçà des objectifs initiaux, ont indiqué mercredi les fondateurs du mécanisme de financement international, dont l'Alliance du vaccin (Gavi) et l'OMS.Le système Covax est censé permettre à 92 Etats et territoires défavorisés de recevoir gratuitement des vaccins financés par des nations plus prospères. Mais les fondateurs de Covax dénoncent régulièrement l'inégalité criante dans l'accès à la vaccination entre les populations des pays pauvres et des pays riches.Dans un communiqué conjoint, ils ont souligné que l'inégalité d'accès reste "inacceptable", avec seulement 20% des habitants des pays à revenu faible et moyen inférieur qui ont reçu une première dose de vaccin, contre 80% dans les pays à revenu élevé et moyen supérieur.Pour sa part, Covax n'a pour le moment pu distribuer que 243 millions de doses dans 139 pays défavorisés, a indiqué en conférence de presse Ann Ottosen, de la division des approvisionnements du Fonds des Nations unies pour l'enfance (Unicef), en conférence de presse."La plupart des pays du monde ont maintenant reçu des doses de Covax. Ce n'est que le début", a assuré pour sa part le Dr Seth Berkley, qui dirige Gavi."Nous prévoyons de disposer de 1,1 milliard de doses supplémentaires à livrer d'ici la fin de l'année", a-t-il annoncé.Selon ses dernières prévisions publiées mercredi, Covax espère disposer d'un total de 1,425 milliard de doses en 2021, alors que le système tablait initialement sur deux milliards. Covax espère désormais atteindre cette échéance au premier trimestre de 2022.Les pays pauvres participant à Covax recevront la grande majorité des plus de 1,4 milliard de doses cette année (1,2 milliards), "ce qui est suffisant pour protéger environ 20% de la population, soit environ 40% des adultes de ces pays, sans prendre en compte l'Inde", a expliqué M. Berkley.Le Serum Institute of India (SII), un gros producteur de vaccins AstraZeneca, devait initialement jouer un rôle de premier plan dans la fourniture de vaccins assurée dans le cadre du système Covax mais, en raison de l'explosion de la pandémie dans ce pays, New Delhi a interdit leur exportation pour combattre la diffusion du Covid-19 sur le territoire indien.Covax est ainsi tributaire des dons de vaccins par les pays les plus riches qui accaparent les doses."Aujourd'hui, la capacité de Covax à protéger les personnes les plus vulnérables dans le monde continue d'être entravée par les interdictions d'exportation, la priorité accordée aux accords bilatéraux entre les fabricants et les pays, les difficultés à augmenter la production de certains producteurs clés et les retards dans le dépôt des demandes d'homologation", ont indiqué ces organisations dans un communiqué conjoint.