"Nous introduirons le coronapass si et seulement si la situation épidémiologique se détériore sérieusement. Et si et seulement si nous pouvons de la sorte éviter de devoir fermer certains secteurs et activités", a commenté le porte-parole du ministre. Rien ne permet d'affirmer à ce stade que ce coronapass sera appliqué dès le début du mois d'octobre à Bruxelles. "Il doit d'abord y avoir des débats au parlement et les ordonnances doivent aussi être rédigées", ajoute-t-on au cabinet Maron.

Bruxelles est sensiblement en retard en matière de vaccination par rapport aux autres Régions. Le but du coronapass n'est pas d'encourager la vaccination dans la capitale, "mais bien de protéger le secteur horeca et des sports". "Si la vaccination accélère, tant mieux, mais nous voulons surtout éviter de nouvelles fermetures", selon ce porte-parole.

Le ministre-président Rudi Vervoort souligne aussi que l'introduction du pass n'est pas encore une certitude. Mais, "les chiffres ne sont pas bons. Nous devons donc avoir ce moyen à disposition". Si le coronapass est introduit, il appartiendra alors aux exploitants horeca de contrôler les clients lors de leur arrivée dans leur établissement, précise M. Vervoort.

"Nous introduirons le coronapass si et seulement si la situation épidémiologique se détériore sérieusement. Et si et seulement si nous pouvons de la sorte éviter de devoir fermer certains secteurs et activités", a commenté le porte-parole du ministre. Rien ne permet d'affirmer à ce stade que ce coronapass sera appliqué dès le début du mois d'octobre à Bruxelles. "Il doit d'abord y avoir des débats au parlement et les ordonnances doivent aussi être rédigées", ajoute-t-on au cabinet Maron. Bruxelles est sensiblement en retard en matière de vaccination par rapport aux autres Régions. Le but du coronapass n'est pas d'encourager la vaccination dans la capitale, "mais bien de protéger le secteur horeca et des sports". "Si la vaccination accélère, tant mieux, mais nous voulons surtout éviter de nouvelles fermetures", selon ce porte-parole. Le ministre-président Rudi Vervoort souligne aussi que l'introduction du pass n'est pas encore une certitude. Mais, "les chiffres ne sont pas bons. Nous devons donc avoir ce moyen à disposition". Si le coronapass est introduit, il appartiendra alors aux exploitants horeca de contrôler les clients lors de leur arrivée dans leur établissement, précise M. Vervoort.