Leur réputation progressiste est peut-être en partie fondée sur des succès passés tels que celui d'un État-providence de plus en plus dépouillé, mais quand il s'agit d'égalité hommes-femmes, les pays scandinaves restent une zone de référence pour beaucoup. Les Norvégiens, par exemple, sont fiers d'être les inventeurs du quota de femmes. Il a été introduit en 2003 pour les sociétés cotées en bourse. Reste à voir si celui-ci était une réussite.
...

Leur réputation progressiste est peut-être en partie fondée sur des succès passés tels que celui d'un État-providence de plus en plus dépouillé, mais quand il s'agit d'égalité hommes-femmes, les pays scandinaves restent une zone de référence pour beaucoup. Les Norvégiens, par exemple, sont fiers d'être les inventeurs du quota de femmes. Il a été introduit en 2003 pour les sociétés cotées en bourse. Reste à voir si celui-ci était une réussite.En 1999, Valgerd Svarstad Haugland, alors ministre de l'Enfance et de la Famille, suggère l'idée de quotas de femmes dans les conseils d'administration des entreprises. La Norvège possède une loi sur l'égalité des sexes depuis 1979, mais elle ne concerne que la sphère publique. En conséquence, explique Sissel Jensen, professeure à la Norwegian School of Economics et spécialisée dans les inégalités entre les sexes dans les entreprises, les femmes occupent désormais un nombre important de postes de haut niveau en politique et dans les institutions publiques. Mais c'est tout: un rapport équilibré hommes/femmes dans les fonctions administratives du secteur commercial était encore loin d'être atteint : 94% des conseils d'administration et 98% de tous les CEO étaient des hommes.Un bastion d'hommes La proportion de femmes à la tête des entreprises n'a guère augmenté depuis 1979. Sans interférence d'en haut, on soupçonnait que le secteur privé resterait un bastion masculin jusqu'à la fin des temps. Comment était-ce possible, dans un pays géré presque à égalité par les deux sexes?La proposition de quotas de Haugland aurait eu moins de retentissement si elle avait été présentée par un social-démocrate norvégien, par exemple. Dans un tel cas, le gouvernement de centre droit aurait facilement pu rejeter l'idée comme une mesure socialiste visant à restreindre le libre marché, ou quelque chose de ce genre. Mais la proposition a été présentée par un démocrate-chrétien, ce qui a fait qu'on a écouté de tous les côtés.Le successeur de Haugland a maintenu l'idée des quotas, mais c'est le ministre du Commerce et de l'Industrie de l'époque, le conservateur Ansgar Gabrielsen, qui a joué un rôle décisif. En 2002, lors de la phase finale du débat politique sur le quota de femmes, il a déclaré dans une interview accordée au Verdens Gang, le journal le plus lu de Norvège, qu'il en avait "assez de la domination masculine dans les affaires". Selon Mari Teigen, sociologue et chercheuse principale à l'Institut de recherche sociale d'Oslo, cette déclaration a convaincu la majorité des sceptiques au sein du parti conservateur."La nouvelle législation sur les quotas a été instaurée par une coalition centre-conservateur", explique Sissel Jensen de l'École d'économie norvégienne. La proposition a été soutenue par le Parti travailliste et la Gauche socialiste. Seul le parti populiste de droite, le Parti du progrès, a voté contre.Pourtant, le processus n'a pas été sans difficulté. Dès le début, le soutien politique a été important, mais les défenseurs des intérêts de l'industrie et les organisations patronales ont beaucoup résisté. Ils trouvaient qu'introduire un quota de femmes revenait à discriminer les hommes, qu'on ne trouverait pas assez de femmes compétentes pour ces postes, qu'on remplacerait des directeurs capables par des incapables, que les entreprises seraient moins intéressantes pour les investisseurs et, surtout, qu'il était antidémocratique - car il faisait obstacle à un processus de nomination impartial.Les partisans du quota de femmes ont défendu leur cause avec presque les mêmes arguments. La discrimination, c'était le déséquilibre entre les sexes dans le monde des affaires, le potentiel inutilisé de nombreux talents féminins, ce qui signifie que le secteur manque de nouvelles perspectives, et le gouvernement a fait valoir qu'un meilleur équilibre entre les sexes démocratiserait en fait la prise de décision économique.Enfin, lorsque le parlement a voté en faveur d'un système de quotas dans le secteur des entreprises en 2003, la loi est passée. Les nouvelles règles s'appliqueraient aux sociétés cotées en bourse, aux entreprises publiques et aux coopératives.Lorsque le quota a été introduit, ce n'était qu'une recommandation; les entrepreneurs qui s'en moquaient n'étaient pas sanctionnés. Mais cette attitude de non-engagement s'est avérée peu utile pour l'égalité des sexes. Le nombre de femmes membres de conseils d'administration n'a guère augmenté dans les quelques années qui ont suivi 2003.C'est pourquoi le gouvernement a finalement décidé d'instaurer un quota contraignant pour les femmes : à partir de 2006, au moins 40 % des conseils d'administration de toutes les nouvelles sociétés cotées en bourse devaient être composés de femmes. Toutes les autres entreprises pour lesquelles le quota a été créé avaient deux ans de plus pour répondre à la même exigence. Si elles ne respectaient pas le délai, elles étaient obligées de fermer leur entreprise.Pour Sissel Jensen, il n'aurait jamais fallu aller aussi loin.Quitter la bourse Cependant, un certain nombre d'entreprises ont décidé de quitter la bourse suite à l'introduction de la nouvelle législation. Cela leur a permis d'y échapper, le quota de femmes ne s'appliquant plus à eux. Les autres ont satisfait à l'exigence dans le délai imparti.En tout, il a fallu près de dix ans : depuis la première fois que le quota de femmes a été mis à l'ordre du jour jusqu'à son entrée en vigueur. Fin de l'histoire ? Non, pas encore tout à fait.Par exemple, qu'est-il arrivé aux entreprises qui avaient affirmé vouloir recruter des femmes, mais qu'elles n'étaient tout simplement pas assez qualifiées ?Ces entreprises, dit Jensen, revenaient généralement sur leurs critiques. Les femmes embauchées après le quota étaient généralement bien qualifiées. Plus qualifiées même que les femmes qui ont déjà fait partie d'un conseil d'administration. "Il semble que lorsque ces entreprises n'ont plus pu s'appuyer sur leur propre réseau et ont dû recruter de nouveaux membres du conseil d'administration par des voies plus professionnelles, elles ont pu trouver des candidats nettement meilleurs."Les femmes membres du conseil d'administration embauchées depuis l'introduction du quota sont généralement plus instruites que leurs collègues masculins. Ces derniers, à leur tour, sont plus susceptibles de posséder une entreprise. Cependant, une étude de la sociologue Mari Teigen révèle que les membres actuels du conseil d'administration, hommes ou femmes, disposent d'un ensemble de compétences correspondantes.Écart salarial Bonne nouvelle, donc. Pourtant, Sissel Jensen ne donne pas de réponse claire à la question de savoir si la législation a été un succès. L'objectif immédiat du quota - 40 % de femmes dans les conseils d'administration - a été atteint, mais c'est tout. La loi n'a eu aucun impact sur les autres aspects du déséquilibre entre les sexes dans les entreprises.L'idée derrière le quota de femmes était que plus d'égalité au sommet de l'échelle se traduirait en d'autres postes de direction, mais cela ne s'est presque jamais produit. Seuls 5 % des présidents des conseils d'administration sont des femmes et la proportion de femmes CEO en Norvège est de 6 %, ce qui est dérisoire. Les managers sont encore presque toujours des hommes. De plus, l'écart salarial n'a pas changé, dit Jensen.Ou, comme l'écrivent Jensen et deux collègues chercheurs dans un article sur les effets des réformes norvégiennes, le quota semble n'avoir rien fait "pour améliorer les perspectives de carrière des femmes qualifiées sous le niveau du conseil d'administration", ni n'a "contribué à combler l'écart entre les sexes dans les revenus des jeunes diplômés".Jensen et ses collègues ne savent toujours pas pourquoi. "Le gouvernement espérait que cette loi rendrait le monde des affaires plus favorable aux femmes." Mais en vain. "La majorité des conseils d'administration se composent de cinq membres, dont deux sont généralement des femmes. C'est peut-être lié au fait qu'ils sont toujours minoritaires. Ou, selon Jensen : "Peut-être que les femmes qui siègent dans les conseils d'administration ont les mêmes préjugés masculins que les hommes, elles sont plus susceptibles de choisir un candidat masculin".