Ces perquisitions, menées par l'OCRC, l'Office central pour la répression de la corruption, font suite à la dénonciation pénale du ministre de tutelle Pierre-Yves Dermagne (PS) dans le dossier de la vente des actifs de Nethys. On parle de faits allégués d'abus de confiance, de prise illégale d'intérêt et d'association de malfaiteurs.