Le PS wallon soutient la fusion des intercommunales de gaz et d'électricité

12/12/12 à 16:26 - Mise à jour à 16:26

Source: Le Vif

(Belga) Le groupe PS du parlement wallon a apporté mercredi son soutien à la fusion des intercommunales mixtes de distribution d'énergie qui se prépare au sein du groupe Ores, a-t-il annoncé dans un communiqué. Selon les socialistes, ce regroupement est nécessaire si ces structures veulent faire face aux défis qui les attendent.

La Wallonie compte huit intercommunales de distribution de gaz et d'électricité mixtes, c'est-à-dire dont Electrabel est actionnaire minoritaire. Elles couvrent 198 communes pour environ 1,3 million d'habitants. Ores, l'organisme qui les regroupe, a lancé une opération de fusion qui doit aboutir au mois de mai en un "GRD" (Gestionnaire de Réseau de Distribution) unique. Selon Ores, il s'agit là du meilleur moyen pour assurer la modernisation des réseaux, trouver des capitaux, réaliser des économies d'échelle, assurer un service de qualité, intégrer les énergies renouvelables ou faire entendre sa voix dans un secteur de plus en plus européen. Cette fusion permettra en outre de réduire le nombre d'organes de gestion. "Pour le PS, cette fusion à décider par les communes associées à ces huit intercommunales est la manière la plus efficace d'avancer à l'opposé d'une fusion imposée par décret", a souligné le groupe dans un communiqué. La fusion des GRD a déjà échauffé les esprits au parlement wallon. Au mois de juillet, le groupe cdH avait vivement dénoncé une sortie dans la presse du ministre régional de l'Energie, Jean-Marc Nollet (Ecolo), vantant les mérites d'une telle opération. La façon de faire du ministre, qui était resté muet au parlement, avait indisposé les centristes qui se montraient également réservés sur les avantages réels d'un GRD unique Le mois passé, le député Damien Yzerbyt avait encore dénoncé l'opération de fusion décidée par Ores qui, selon lui, s'apparente à une expropriation communale. Les socialistes étaient apparus divisés sur la question. Certains avaient dénoncé l'idée d'une fusion, dont le député Claude Eerdekens. Le point a finalement été tranché dans un sens opposé. (MUA)

Nos partenaires