Kharkiv

Guerre en Ukraine: « Le but principal de Moscou a échoué »

Le Vif

L’expert militaire américain Michael Kofman est considéré comme le meilleur expert de l’armée russe. Il explique les erreurs commises par Moscou lors de la guerre avec l’Ukraine et les enseignements que l’on peut en tirer pour un éventuel conflit avec l’OTAN.

Monsieur Kofman, l’offensive russe à Donbass s’avère difficile. Qu’est-ce que ça veut dire ?

L’armée russe essaie de sauver ce qui peut l’être. Dans cette guerre, beaucoup de choses ont été décidées les trois premières semaines. La phase actuelle n’est pas aussi décisive. Quoi qu’il arrive dans la région du Donbass, l’intention principale de la Russie a échoué : procéder à un changement de régime en Ukraine. Le combat n’est pas non plus décisif pour l’équilibre militaire à long terme. La Russie a peu de chances de conquérir une zone plus vaste, compte tenu de l’état actuel de ses forces armées et de ses pertes élevées. Même l’occupation du reste de la région de Donbass est tout sauf une certitude.

Les trois premières semaines étaient décisives ?

Oui, les Russes n’ont pas réussi à renverser les dirigeants ukrainiens et les troupes russes ont subi la plupart de leurs pertes. Les décisions prises par les dirigeants russes au début de la guerre ont condamné leur invasion à l’échec à bien des égards.

La force de l’armée russe a-t-elle été surestimée ?

La plupart des analystes étaient d’avis que le combat serait plutôt difficile pour la Russie, mais aussi que l’armée russe était quantitativement et qualitativement meilleure que l’armée ukrainienne. Il était supposé que l’Ukraine perdrait une guerre conventionnelle, mais pourrait gagner une guerre de guérilla. À certains égards, nous avons surestimé l’armée russe, mais franchement, nous avons sous-estimé l’armée ukrainienne. La question est la suivante : quelle part de l’échec de la Russie est le résultat d’une mauvaise stratégie et quelle part est simplement due à une mauvaise armée ?

L’armée de Poutine est-elle un tigre de papier?

Dans une certaine mesure, c’est une mauvaise armée, mais elle avait aussi un mauvais plan. Les dirigeants russes ont essayé d’utiliser l’armée d’une manière pour laquelle elle n’a pas été conçue. Je ne suis pas sûr qu’ avec un tel plan une autre armée aurait réussi. La thèse du tigre de papier, qui est maintenant largement colportée, est donc fausse. De nombreux analystes militaires aiment négliger les nuances : ils pensent que quelqu’un mesure soit un mètre, soit quatre mètres.

L’armée russe a-t-elle échoué à cause de ses capacités ou est-ce à cause des exigences politiques ?

Les dirigeants politiques russes ont cru aux bêtises qu’ils ont répandues au sujet de l’Ukraine, à tel point qu’ils ont pensé : ce pays se rendra dans quelques jours. C’est pourquoi ils n’ont pas prévu une guerre sérieuse. Cela a eu un impact énorme sur le moral des troupes – en fait, elles ont été trompées – et sur l’organisation de la logistique.

Y a-t-il d’autres raisons pour lesquelles l’offensive s’est si mal passée ?

Curieusement, la campagne a été initialement divisée en quatre groupes de travail différents, chacun d’entre eux ayant reçu une direction distincte.

L’armée de l’air n’a apparemment guère été utilisée pour soutenir les troupes. Pourquoi ?

Si l’armée de l’air russe avait essayé de gagner la suprématie aérienne, elle aurait perdu un nombre énorme d’avions. Deuxièmement, il aurait fallu des mois pour que le premier soldat russe traverse la frontière. Parmi les faiblesses de l’armée russe, l’armée de l’air se retrouve seule en tête de liste. Il y a un manque d’expérience, d’armes précises et de moyens modernes d’élimination des cibles.

Quels sont les autres points faibles ?

L’incompétence en matière de communications sécurisées constitue un problème majeur. Je pense que c’est la raison pour laquelle nous voyons beaucoup moins de guerre électronique que prévu.

Que se passe-t-il actuellement pour les troupes russes dans le Donbass ?

La Russie a réorganisé ses forces en un front principal avec plusieurs avant-postes. La bataille se concentre surtout dans le nord du Donbass, le long de la rivière Donets et à l’est de la ville de Severodonetsk. Il y a une série d’attaques de soutien dans le sud, autour de Zaporijjia. Les Russes tentent d’utiliser leur puissance militaire restante pour pénétrer pleinement dans la région de Donbass. Mais leur force a été considérablement réduite au cours des trois premières semaines de la guerre. 

Reconnaissez-vous une stratégie?

Je pense qu’ils essaient d’encercler les forces armées ukrainiennes à plusieurs endroits pour qu’elles se divisent en petites unités.

Au début de la guerre, lorsque les Russes avançaient vers Kiev, de nombreux experts étaient abasourdis par cette action – ils roulaient en longues colonnes vers Kiev, laissaient les chars et l’artillerie avancer sans protection aérienne significative et étaient une proie facile pour les Ukrainiens. Cela a-t-il changé entre-temps ?

Les unités russes avançaient sans tenir compte de d’aucune résistance, et elles ont subi de lourdes pertes. Maintenant, elles combattent de manière plus organisée, utilisent l’artillerie et bénéficient d’un soutien aérien. Mais leur plus gros problème, c’est qu’elles manquent de forces. L’armée russe a perdu 15 à 20 % de ses chars et de ses véhicules de combat lourdement blindés, et ce, par rapport à l’ensemble des forces actives.

La plupart des unités russes combattent au sein de ce que l’on appelle des groupes de bataillons tactiques (BTG) composés de 400 à 900 hommes chacun, combinant infanterie, artillerie, anti-aérien et chars. On estime que les Russes disposent d’une trentaine de BTG dans le nord, et peut-être de 80 dans l’ensemble de l’Ukraine. Certaines de ces unités n’existent que sous forme de fragments. Les forces armées ukrainiennes ont également subi des pertes au cours des mois de combat ; nous ne savons pas exactement dans quel état elles se trouvent. Pourtant, l’Ukraine présente des avantages considérables. Dans une guerre terrestre, le défenseur a toujours un avantage.

Les Russes ont-ils changé de tactique ?

Ils abordent cette bataille de manière complètement différente et pourtant ils ont des problèmes structurels d’organisation, de formation et de culture. Aucun de ces problèmes ne peut être résolu à court terme. Bien que les Russes aient une forte artillerie, ils ne s’en servent pas du tout comme prévu. Aujourd’hui, ils utilisent des drones pour recueillir des informations – c’est la grande différence. Et ils avancent avec une plus grande concentration de forces et de puissance de feu. Dans l’ensemble, le déploiement dans la région de Donbass semble mieux organisé.

Et pourtant, ils ne gagnent que lentement du terrain, pourquoi ?

Parce que beaucoup de troupes ukrainiennes opèrent depuis une position défensive. Et le terrain est plein de villages et de petites villes.

Ou est-ce la mauvaise logistique ?

Je ne vois pas les mêmes problèmes logistiques sur ce front que dans le nord. Le vrai problème, c’ est la densité des troupes et le moral. Lorsque les unités sont durement touchées, leur cohésion disparaît et leur volonté de se battre diminue.

Comment se fait-il que la Russie, un pays immense, ait trop peu de soldats ?

L’armée peut déployer 160 à 170 BTG en temps de paix, dont une grande partie en Ukraine. Mais cette armée n’a pas été conçue pour mener une guerre sans mobilisation.  L’idée de base était qu’en cas de guerre avec l’OTAN, l’armée aurait des mois pour le faire. Comme elle fonctionne en temps de paix dans une force quasi-militaire, elle est presque à la limite de sa capacité.

Pourquoi Poutine ne déclare-t-il pas officiellement la guerre et n’annonce-t-il pas une mobilisation générale ?

Si l’armée russe devait perdre et l’Ukraine regagner beaucoup de territoires, il le ferait certainement. Mais je pense que Poutine n’ira pas aussi loin, car il prend des risques politiques s’il décrète une mobilisation générale. Il ne peut alors définir une victoire selon ses conceptions et la guerre doit avoir des objectifs maximaux. Il ne peut s’agir d’une simple campagne de conquête de la région de Donbass.  

Combien de temps les forces armées russes pourront-elles combattre  s’il n’y a pas de mobilisation?

Sans mobilisation nationale, le potentiel offensif de la Russie s’épuisera avec la campagne dans le Donbass. Peu importe que l’opération soit réussie ou non – mais en l’état actuel des choses, ce sera la dernière grande offensive des Russes.

En Allemagne, on s’est récemment inquiété de la possibilité que la Russie utilise ses armes nucléaires. Pensez-vous que cela soit possible ?

Il est concevable que les dirigeants russes soient tellement stressés qu’ils utilisent une arme nucléaire pour démontrer leur puissance et menacent de l’utiliser contre l’Ukraine. Mais ce sont des scénarios improbables, et je préfère ne pas trop les thématiser pour ne pas susciter la peur.

Si Poutine déclare la guerre, quelles forces supplémentaires pourra-t-il rassembler ?

Les dirigeants russes disposeraient de beaucoup plus d’effectifs. Et ils seraient en mesure de conserver les conscrits actuels. La Russie dispose d’un vaste réservoir de personnes ayant une expérience militaire qui, jusqu’à récemment, servaient en tant que contractants ou conscrits. Mais il faudrait des mois avant qu’ils puissent être déployés.

La guerre pourrait-elle prendre une tournure positive pour la Russie ?  

C’est très douteux. Cela permettrait à la Russie de prolonger la guerre et de la transformer en une guerre d’usure encore plus sanglante.

Quelle est l’influence de l’aide de l’Occident sur cette guerre ?

Même dans une guerre d’usure, les forces armées russes seraient à bout de souffle si l’Occident continuait à fournir des armes à l’Ukraine. En fin de compte, la Russie combat l’Ukraine et une série de pays occidentaux qui la soutiennent.

Pensez-vous que l’armée ukrainienne puisse reconquérir des zones importantes à l’est et au sud ?

Oui.

L’armée russe a-t-elle prouvé qu’elle n’est pas de taille à affronter l’OTAN ?

La puissance militaire n’est jamais une abstraction. Les performances militaires sont souvent liées au scénario en question. Nous pouvons maintenant tirer des enseignements précieux pour le déroulement éventuel d’une guerre entre la Russie et l’OTAN, mais nous devons être prudents. L’OTAN est conventionnellement plus forte que la Russie. Cependant, l’armée russe s’organiserait certainement différemment pour un tel conflit. Cela ne signifie pas qu’elle s’en sortirait mieux, mais le combat serait différent. L’armée soviétique a subi un coup dur contre la Finlande lors de la guerre d’hiver de 1939-1940.  L’Allemagne nazie a tiré de mauvaises conclusions, pensant que l’armée russe, malgré sa taille, était facile à battre. Cela montre pourquoi le contexte est si important.  

Il y a également eu des problèmes lors de la guerre contre la Géorgie en 2008. C’est alors qu’a débuté une grande réforme militaire – a-t-elle été un échec ?

Cette réforme a considérablement modernisé l’armée russe, mais le processus n’est pas terminé. Dans certains secteurs, les forces armées russes n’ont pas été modernisées sur le plan technologique, c’est clair. Les réformateurs ont surtout échoué à améliorer la qualité des forces armées, la formation, la culture militaire – et la façon dont l’armée commande et contrôle au niveau tactique. Sa structure de commandement se concentre sur l’officier pour les décisions, ce qui place tactiquement les troupes dans un corset étroit avec pour résultat qu’aux échelons inférieurs, il y a peu de place pour l’initiative. Comme dans l’ex-Union soviétique, l’armée a investi dans l’achat d’équipements et dans la construction d’unités de combat plus importantes – et les réformateurs ont accordé trop peu d’attention aux réparations, à la maintenance et à la logistique.

N’ont-ils pas pris en compte le fait que l’armée devait mener une telle guerre ?

L’armée russe a été préparée pour une série de guerres, mais surtout pour un conflit avec l’OTAN. Et pas pour une guerre stratégique terrestre, ni pour un conflit où de grandes zones devaient être préservées. Ce dernier était considéré comme une relique de planification de la Guerre froide. L’état-major général a supposé qu’ils se concentreraient sur le déploiement de la puissance de feu et des armes de précision, et qu’ils déploieraient des unités très mobiles. Mais comme ils ne prévoyaient pas d’offensives terrestres majeures et ne voulaient pas maintenir des lignes de front étendues, ils ont réduit le nombre de soldats d’infanterie.  

Les soldats qui manquent maintenant.

Exactement.

Avez-vous été surpris que tant d’équipements russes soient tombés en panne lors de l’invasion de l’Ukraine ? 

Une grande partie de cet équipement militaire est modernisé, mais reste assez ancien. Ils ont beaucoup de véhicules et d’équipements vétustes. Et les investissements dans la préservation et l’entretien des forces armées étaient insuffisants.

Les Russes ont pourtant mené avec succès plusieurs guerres au cours de la dernière décennie.

De nombreuses armées ne peuvent pas faire à grande échelle ce qu’elles peuvent faire dans des batailles plus petites. Les militaires russes ont des difficultés à monter en puissance, par exemple en Syrie : ce qu’ils pouvaient faire avec une douzaine de BTG, ils ne peuvent pas le faire avec 130 BTG. C’est aussi parce qu’ils n’ont pas tenté quelque chose comme ça depuis l’invasion de la Tchécoslovaquie. Par rapport à cette guerre, l’invasion de l’Afghanistan a été une entreprise beaucoup plus simple.

Combien de temps, pensez-vous, l’armée russe sera-t-elle affaiblie par cette guerre ?

La rapidité de récupération de l’armée après cette guerre dépend de nombreuses variables. De l’effet des sanctions à la suite des combats en Ukraine. La Russie tirera probablement beaucoup d’enseignements de cet échec concernant les opérations à grande échelle, elle procédera à des ajustements. Ce serait une erreur de penser que la puissance militaire russe sera désactivée pendant longtemps. La Russie pourrait renforcer sa capacité militaire plus rapidement que prévu. Ce serait une erreur stratégique de faire une croix sur le pays sur la base d’aujourd’hui. Cela a été fait dans le passé, mais le résultat n’a jamais été bon.

Partner Content