Belgium's King Philippe (2nd L) listens to Doctor Denis Mukwege (R) as he introduces his team at the Panzi hospital in Bukavu on June 12, 2022. Doctor Denis Mukwege a Congolese gynecologist is the founder of the Panzi Hospital in Bukavu, specialized in the treatment of women who have been raped by armed rebels. (Photo by Guerchom Ndebo / AFP)

Dr Mukwege: « La visite des souverains à Bukavu montre leur humanité »

Le Vif

Le Prix Nobel de la Paix 2018, Dr Mukwege, a souligné le courage et l’humanité des souverains belges. « Nous sommes sans voix face aux témoignages de ces femmes qui ont été touchées au plus profond d’elles-mêmes », a de son côté commenté le Roi Philippe.

A Panzi, le Dr Mukwege soigne les femmes, principalement, victimes de violences sexuelles, qu’il a jadis qualifiées d’arme de guerre au Kivu. Elles y reçoivent des soins médicaux mais aussi psychologiques, ainsi qu’une aide afin de leur permettre d’être réintégrées dans leur communauté.    « J’ai été violée au Gabon et soignée à l’hôpital de Panzi », a ainsi témoigné une victime dimanche. « Après cela, je ne voulais plus retourner dans mon village ni dans mon pays. « Le Dr Mukwege m’a alors offert une formation et je travaille désormais depuis sept mois ici comme sage-femme, ce qui me permet d’élever mes cinq enfants. »

   « L’homme qui répare les femmes », comme l’a qualifié dans son film le réalisateur Thierry Michel, accorde beaucoup d’importance à la visite des souverains dans sa région, en proie à un important regain de tensions depuis plusieurs semaines. « C’est un signal très fort. Après leurs rencontres à Kinshasa et Lubumbashi, le couple royal vient ici au contact de la population et de la souffrance des femmes. Cela montre leur humanité. »

BELGA PHOTO POOL BENOIT DOPPAGNE

   L’hôpital attend maintenant que la Belgique, ainsi que d’autres pays, sensibilisent le concert des Nations sur le fait que l’est du Congo se trouve à nouveau dans une situation d’urgence. « Au niveau international, il y a deux poids deux mesures. Le monde entier s’épanche sur le conflit en Ukraine, mais on parle à peine de ce qui se passe ici. » L’institution de Panzi est aussi critique à l’égard des rebelles du M23 et du soutien qu’ils reçoivent de l’étranger que pour son propre gouvernement. « L’afflux de victimes est incessant et la plupart des auteurs bénéficient d’impunité. Il y a de bonnes lois, mais elles ne sont pas appliquées. Nous espérons que la visite royale mettra la pression sur le gouvernement afin qu’il réforme le système judiciaire« , a ajouté le Dr Neema Rhukunghu.

Réintégration des victimes dans leur communauté

Avec l’ULiège, ce dernier travaille plus particulièrement à la réintégration des victimes au sein de leur communauté. Les femmes, mais aussi certains, hommes, sont régulièrement rejetés après avoir été violentés. « Bien qu’elles soient physiquement traitées ici, il y a parfois de la déception du côté des victimes, voire de la frustration. Avec les chercheurs liégeois, on se concentre sur la reconnaissance. On essaie de faire comprendre aux communautés que les victimes n’ont aucune responsabilité dans ce qui leur est arrivé.« 

   D’autres institutions belges collaborent avec la clinique. L’entreprise limbourgeoise Glim Service a ainsi passé les deux dernières semaines à développer la salle d’opération visitée dimanche par le couple royal. « Cet hôpital est extrêmement avancé, même du point de vue des normes belges », a souligné le directeur de la société, Angelo Cruysberghs. « Le Prix Nobel et d’autres titres reçus par le Dr Mukwege lui ont permis de lever plus facilement des fonds grâce à sa notoriété mondiale. »

   « Nous sommes très touchés d’être ici », a déclaré la reine Mathilde. « Nous allons porter votre parole au Congo et en dehors », a-t-elle assuré.

Partner Content