Plainte pénale du PTB dans le dossier Cristal Park à Seraing (info Le Vif/RTBF)

David Leloup
David Leloup Journaliste

Le chef de groupe PTB à Seraing a déposé plainte, ce lundi matin, auprès du parquet du procureur du roi de Liège dans le cadre de la gestion du dossier Cristal Park. En guise de « coup de pouce » à une justice qui patine, Damien Robert a remis aux enquêteurs des documents sensibles qu’il a reçus anonymement ces derniers mois.

Le chef de file de l’opposition PTB à Seraing, Damien Robert, a déposé une plainte pénale ce lundi matin auprès du parquet du procureur du roi de Liège dans le cadre de la gestion du projet immobilier Cristal Park. Il est prévu que son audition, qui a débuté à 9h30, se poursuive tout l’après-midi. La plainte est corsée et étayée par de nombreux documents que le conseiller communal de l’opposition a reçus de manière anonyme ces derniers mois. Il a ainsi remis à la justice plusieurs centaines de pages de documents internes au projet Cristal Park dans le but de « doper » l’information judiciaire ouverte il y a un an et demi. Et qui patine.

La plainte vise des faits de faux et usage de faux, escroquerie, détournement d’argent public, abus de biens sociaux, prise illégale d’intérêt et contournement de la loi sur les marchés publics. Damien Robert s’est également déclaré « personne lésée » en tant que citoyen élu de la commune de Seraing, « vu que ces fraudes concernent de l’argent et des biens publics », déclare-t-il dans un communiqué de presse. Ce statut de personne lésée permet d’être informé d’un éventuel classement sans suite, de l’ouverture d’une instruction, et de la fixation d’une date d’audience devant la juridiction d’instruction ou de jugement.

La plainte du PTB vise quatre personnes

« Nous avons différents délits ou infractions graves », reprend Damien Robert. « Nous déposons plainte contre Pierre Grivegnée pour faux, usage de faux et détournement de fonds publics, contre Alain Mathot pour détournement de la loi sur les marchés publics et contre Jean-Luc Pluymers (ex-président d’Immoval) pour la même raison. Nous déposons plainte aussi contre madame Depaye qui s’est occupée d’un projet privé de Pierre Grivegnée en Italie, alors qu’elle dirige un service de la Ville qui s’appelle Eriges. Et contre X parce que la partie du dossier que nous avons analysée n’est encore que le sommet de l’iceberg. »

Toujours pas de juge d’instruction

Lancé en 2004 avec l’arrivée de Pierre Grivegnée au conseil d’administration d’Immoval (la société qui porte le projet), le Cristal Park ne s’est jamais concrétisé malgré plus de 40 millions de fonds publics mobilisés ces 25 dernières années. Impulsé par feu Guy Mathot, alors bourgmestre (PS) de la Cité du fer, ce mégaprojet immobilier (lotissements, bureaux, village commercial, centre de loisirs, hôtel, centrale énergétique) devait redynamiser le site des anciennes cristalleries du Val Saint-Lambert à Seraing. Dix-huit ans plus tard, aucun nouveau bâtiment n’est encore sorti de terre.

Fin mars, Le Vif et la RTBF ont révélé l’existence d’une information judiciaire pour corruption ouverte par le parquet de Liège « depuis plusieurs mois ». Une dénonciation serait à l’origine de l’enquête. La valeur des terrains vendus par la ville de Seraing à Immoval a-t-elle été sous-évaluée? Pierre Grivegnée a été auditionné comme suspect à plusieurs reprises, et une échevine sérésienne comme témoin. Malgré les révélations qui se sont succédées ces dernières semaines dans ce dossier – conflit d’intérêts et investissement privé de Pierre Grivegnée en Italie alors qu’il est criblé de dettes, courriel de 2021 montrant qu’Alain Mathot tire les ficelles du dossier, fausses factures de « p.grivegnee » rentrées dans la comptabilité d’Immoval fin 2010 – le parquet de Liège n’a toujours pas mis le dossier à l’instruction.

Des fausses factures jusqu’en 2018 ?

Un élément nouveau figure dans la plainte du chef de groupe PTB : le système de fausses factures révélé par Le Vif et la RTBF aurait perduré au-delà du 5 janvier 2012, date de la réalisation des deux dernières fausses factures identifiées dans la fuite de données informatiques obtenue par nos deux médias. Dans les documents remis aux enquêteurs par Damien Robert figure en effet une facture de novembre 2018 adressée par la société anonyme luxembourgeoise Quadrature 7 à Valinvest, l’actionnaire majoritaire d’Immoval. Une facture semble-t-il mensuelle d’honoraires de 9.000 euros brut exonérée de TVA pour l’« intégration du programme “loisirs” au programme commercial (convention mensuelle) ».

Quadrature 7 est la société de Michael Schmetz, le partenaire principal de Pierre Grivegnée dans son projet privé d’éco-village en Ombrie. Pour investir en Italie, les deux hommes ont même créé une société ensemble au Luxembourg, United By SARL, dans laquelle Grivegnée détient 75% des parts et Schmetz 25%. Ce dernier, via Quadrature 7, est également administrateur d’Immoval depuis le 21 novembre 2019.

Une facture suspecte transmise par Damien Robert à la police judiciaire fédérale ce lundi.

Une mission sans effet

Une source proche du dossier qui souhaite rester anonyme explique : « Monsieur Schmetz, qui partage la même passion pour les courses automobiles que Pierre Grivegnée, est venu à deux ou trois réunions au Val Saint-Lambert comme consultant. Il a surtout brassé du vent, puis on ne l’a plus jamais vu en réunion. Cette intégration du programme “loisirs” au village commercial, si c’était une mission, n’a jamais eu aucun effet. La facture que vous me montrez est à mes yeux une facture qui m’étonne tant au niveau de son montant que de sa teneur. » Et ce n’est pas la seule facture de Quadrature 7 qui apparaît dans l’épais dossier reçu par Le Vif et la RTBF. Entre septembre 2013 et février 2014, cinq autres factures totalisant 34.865 euros ont été payées par Immoval à Quadrature 7. Mais d’autres factures ont également été émises en 2018.

À Seraing, la majorité socialiste a été bousculée par les révélations du Vif et de la RTBF. Fin mai, une commission spéciale du conseil communal a été mise en place sur le dossier Cristal Park, mais étrangement à huis clos. La ville de Seraing a également déposé une requête en extrême urgence auprès tribunal de l’entreprise afin de faire la lumière sur la gestion d’Immoval. Deux mandataires indépendants ont été nommés par le tribunal au sein du CA d’Immoval avec le pouvoir de demander tous les documents que la ville n’a pas réussi à obtenir jusqu’ici. La majorité socialiste a aussi annoncé, vendredi, qu’elle envisageait de se constituer partie civile dans le cadre de l’information judiciaire ouverte pour corruption. Le PTB vient de la prendre de vitesse et lui met du coup la pression.

David Leloup et François Braibant (RTBF)

Partner Content