Payez-vous plus ou moins de taxes à votre commune qu’il y a 10 ans ?

Benjamin Hermann Journaliste au Vif
Eglantine Nyssen Journaliste au Vif

En Wallonie et à Bruxelles, il n’y a que dans quatre communes que les citoyens paient des montants moins importants aujourd’hui qu’il y a dix ans. C’est ce qui apparaît lorsqu’on observe l’évolution de la fiscalité communale sur le précompte immobilier et l’IPP. Voici l’évolution des prélèvements réalisés dans toutes les communes.

Ce sont des « détails » auxquels les contribuables, le plus souvent, prêtent assez peu attention au moment de s’acquitter de leurs impôts. Mais la part communale qui compte dans le calcul de l’impôt des personnes physiques (IPP) et du précompte immobilier (PRI) n’est pas anodine.

Ces impôts constituent même un apport vital pour les communes, à travers deux taxes additionnelles : le taux additionnel à l’IPP et les centimes additionnels au PRI.

En Wallonie, si on totalise l’ensemble des budgets communaux de 2022, les recettes fiscales représentent environ 46% de l’ensemble des recettes ordinaires des communes. Et ces recettes fiscales sont elles-mêmes grandement alimentées par les additionnels au PRI (40%) et à l’IPP (37%). En région bruxelloise, les recettes fiscales (52% des recettes ordinaires) sont composées de 57% d’additionnels au PRI et de 17,5% d’additionnels à l’IPP.

C’est peu dire que les communes, de plus en plus sous tension budgétairement, comptent sur ces deux apports pour se maintenir à flot. Il leur arrive donc de revoir leurs taux et centimes additionnels pour corriger le tir, parfois vers le bas, souvent vers le haut. Alourdir la fiscalité est toujours compliqué à défendre politiquement pour des élus communaux, mais cela s’avère parfois indispensable.

Le Vif a réalisé une projection qui permet de mesurer le montant qu’une commune prélève à un ménage-type, à partir de ces deux taxes. Le calcul a été réalisé sur base des taux appliqués par les entités en 2012, en 2014, en 2019 et en 2020.

Ces montants correspondent au montant dont devrait s’acquitter un ménage-type pour payer sa taxe additionnelle à l’IPP et ces centimes additionnels au PRI. Quel est-ce ménage-type ? Pour le calcul de la taxe additionnelle à l’IPP, un couple marié et sans enfant, dont l’impôt dû à l’état s’élève à 20000 euros par an, avant déduction du précompte professionnel. Pour le calcul des centimes additionnels au PRI, la projection se basent sur une habitation au revenu cadastral de 1500 euros (avant indexation), sans enfant à charge.

En comparant les prélèvements réalisés au fil des années, il apparaît qu’il est plus élevé en 2022 qu’en 2012 dans l’écrasante majorité des communes wallonnes et bruxelloises. Précisons toutefois que dans l’intervalle, notre ménage-type aura probablement vu ses revenus indexés également. Un même montant ne « coûte » pas autant en 2022 qu’en 2012, en vertu de l’inflation.

Toujours est-il que quatre communes seulement prélèvent moins d’argent en 2022 qu’en 2012 : Cerfontaine (- 77 euros), Doische (- 59 euros), Sainte-Ode (-52 euros) et Etterbeek (- 8 euros).

Toutes les autres prélèvent des montants supérieurs, dans des proportions diverses. En chiffres absolus, c’est à Gouvy que la différence entre le prélèvement sur l’IPP et le PRI de 2012 et celui de 2022 est le plus important : 692 euros de plus, toujours pour notre ménage-type. Suivent Aubange (669 euros), Stoumont (650 euros), Blegny (605 euros), Trois-Ponts (595 euros), Evere (571 euros), Ottignies-Louvain-la-Neuve (555 euros), Spa (551 euros), Virton (530 euros) et Oreye et Libramont (528 euros), pour ne prendre que les dix « derniers ».

Toutes les autres prélèvent des montants supérieurs, dans des proportions diverses. En chiffres absolus, c’est à Gouvy que la différence entre le prélèvement sur l’IPP et le PRI de 2012 et celui de 2022 est le plus important : 692 euros de plus, toujours pour notre ménage-type. Suivent Aubange (669 euros), Stoumont (650 euros), Blegny (605 euros), Trois-Ponts (595 euros), Evere (571 euros), Ottignies-Louvain-la-Neuve (555 euros), Spa (551 euros), Virton (530 euros) et Oreye et Libramont (528 euros), pour ne prendre que les dix « derniers ».

Cela ne signifie cependant pas que ces communes sont celles où la fiscalité est la plus lourde, ou qu’elles n’ont pas augmenté ces taxes pour en diminuer d’autres. Mais ce sont celles où le prélèvement sur la taxe additionnelle à l’IPP et les centimes additionnels au PRI a le plus progressé pour notre ménage-type.

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content