Tout sur TPIY

La justice internationale va statuer mercredi sur l'appel de l'ex-chef politique des Serbes de Bosnie Radovan Karadzic, condamné en première instance à 40 ans de prison pour génocide, crimes contre l'humanité et crimes de guerre pour son rôle pendant la guerre de Bosnie (1992-95).

Sa condamnation à vingt ans de prison pour crimes contre l'humanité venait d'être confirmée. Face aux juges, le général croate de 72 ans s'est alors écrié, en parlant de lui-même : "Slobodan Praljak n'est pas un criminel de guerre. Je rejette avec mépris votre verdict !", puis a avalé du cyanure. Il est mort quelques heures plus tard.

Le procureur a requis mercredi la perpétuité à l'encontre de l'ancien chef militaire des Serbes de Bosnie Ratko Mladic, surnommé "le boucher des Balkans", accusé d'avoir entrepris le "nettoyage ethnique" d'une partie de la Bosnie en vue de créer un État serbe ethniquement pur.

Le procès de l'ancien chef militaire des Serbes de Bosnie Ratko Mladic a été ajourné sine die (sans fixer de date), les juges du Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY) ayant décidé de "suspendre" l'audition du premier témoin de l'accusation, initialement prévue le 29 mai.