Tout sur sanctions

Une centaine de personnes, selon l'estimation de la police de Bruxelles Capitale-Ixelles, se sont mobilisées lundi à 11h00 rue de la Loi à Bruxelles, devant le cabinet du ministre de la Santé publique Frank Vandenbroucke, pour s'opposer à l'entrée en vigueur de l'obligation vaccinale pour les soignants. L'action sera réitérée toute la semaine.

Les ministres des Affaires étrangères de l'Union européenne ont adopté lundi de nouvelles sanctions diplomatico-financières contre la Russie, mais ils ont repoussé d'une semaine leur entrée en vigueur, afin de laisser de la marge de manoeuvre aux efforts diplomatiques en cours.

L'Union européenne ne prévoit pas pour l'instant de nouvelles sanctions économiques contre la Russie, a déclaré mardi la chancelière allemande Angela Merkel, alors que la situation dans l'est de l'Ukraine s'est dégradée depuis la tenue d'élections séparatistes.

Le président russe Vladimir Poutine a averti mardi que les nouvelles sanctions américaines et européennes pourraient affecter les entreprises énergétiques occidentales en Russie, démentant de plus la présence de forces russes dans l'Est de l'Ukraine.

Le président Barack Obama a menacé jeudi Moscou de s'en prendre à des "secteurs clé" de son économie en représailles au rattachement de la Crimée à la Russie, et annoncé l'imposition de sanctions contre 20 nouveaux responsables et une banque.La réponse de Moscou e s'est pas faite attendre.

Le président américain Barack Obama a averti mercredi des "conséquences" de la violence en Ukraine et souligné que le pouvoir devait garantir aux "manifestants pacifiques" le droit de s'exprimer "sans peur de la répression". Par ailleurs, les condamnations internationales et les demandes de sanctions se sont multipliées ce mercredi.

L'Union européenne, qui envisage un allégement fin avril de ses sanctions contre les autorités birmanes après les élections partielles historiques dans le pays, a entamé un débat sur l'ampleur du geste à faire, a-t-on appris de sources diplomatiques.

Alors qu'hier encore l'Europe condamnait les violentes répressions envers les manifestants libyens mais ne parlait pas de sanction, aujourd'hui des discussions sur d'éventuelles sanctions sont en cours.