Tout sur Populisme

David Van Reybrouck nous a accordé une interview exclusive pour la sortie en français de son plaidoyer, acceptant de s'extirper pendant deux heures de l'écriture de son prochain livre, consacré à l'Indonésie, ancienne colonie des Pays-Bas. Un autre best-seller à venir, après son célèbre Congo (Actes Sud).

L'Union européenne, menacée par les partis antisystème, est à un tournant décisif de son histoire. Débat entre le philosophe Jean-Claude Milner et le sociologue Mathieu Bock-Côté.

La vague populiste actuelle touche aussi bien les démocraties que les systèmes autoritaires, pointe le spécialiste des relations internationales Bertrand Badie. Autre spécificité : elle se cristallise sur la dénonciation de la mondialisation.

Dans Aux sources du terrorisme, en 2009, la philosophe et psychanalyste Hélène L'Heuillet explorait les origines psychologiques possibles de la volonté de terroriser. Avec son dernier livre Tu haïras ton prochain comme toi-même, elle explique comment l'absence de plus en plus fréquente du refoulement de la haine nourrit le djihadisme comme les populismes.

On ne parle que de lui. Mark Rutte aurait terrassé sa " mauvaise variante " incarnée aux Pays-Bas par Geert Wilders. Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon rivaliseraient pour exploiter ses vertus supposées en France. Il aurait permis l'élection du nouveau président des Etats-Unis et serait le carburant des politiques anti-immigration de la Hongrie et de la Pologne. Mais quel est-il, ce populisme que l'on nous sert à toutes les sauces ?

Le très sérieux European Economic Advisory Group (EEAG, Groupe consultatif économique européen) a analysé, dans son dernier rapport, les conséquences économiques d'une politique populiste, et ce, vu la montée en puissance en Europe de mouvements tels le Front National en France.

Conservatisme, repli sur soi, pessimisme, peur la modernisation de la société : aujourd'hui, l'idée même de progrès est malmenée. Mais qu'y a-t-il dans le progrès qui justifie que l'on en perçoive uniquement les dangers et pas les opportunités ?

En ce début de semaine, les médias européens, dans leur écrasante majorité, n'ont eu cesse de souligner la victoire triomphale à la tête de la ville de Rome de Virginia Raggi, la nouvelle maire populiste de Rome. Cette épithète - populiste - a été rabâchée en boucle, dans un bel exercice de rhétorique conformiste, plein d'une autorité dont nul ne connaît la source. Virginia Raggi est populiste, ont-ils proclamé, tout comme le Mouvement Cinq Etoiles dans son ensemble. Telle fut la sentence. Délivrée sans la moindre explication. Sans avancer le moindre argument. Sans la moindre nuance.

Il y a 80 ans, Degrelle amalgame les mécontents avec un talent déconcertant. Il subjugue avec une maestria qui fait passer son numéro de charme démago pour un jeu d'enfant. C'est précisément cela qui reste inquiétant.