Tout sur OpenVLD

Vincent Van Quickenborne (Open Vld) a déposé un projet de loi visant à supprimer le vote en tête de liste. De cette manière, seuls les candidats ayant récolté le plus de voix de préférence pourraient accéder au parlement et non plus nécessairement ceux qui y ont été poussés par leurs partis, rapporte mercredi Het Laatste Nieuws.

Les libéraux flamands détaillent lundi dans le journal 'Het Laatste Nieuws' la proposition de loi qu'ils ont ressortie en vue de permettre aux commerces de rester ouverts jusque 22 heures. Le texte devrait être débattu en commission de la Chambre dans les prochaines semaines. L'opposition sp.a et Groen a rappelé son opposition à une telle initiative.

Les libéraux flamands détaillent lundi dans le journal 'Het Laatste Nieuws' la proposition de loi qu'ils ont ressortie en vue de permettre aux commerces de rester ouverts jusque 22 heures. Le texte devrait être débattu en commission de la Chambre dans les prochaines semaines. L'opposition sp.a et Groen a rappelé son opposition à une telle initiative.

Réunis depuis ce mercredi à 14 heures, les négociateurs de la N-VA, du MR, de l'Open VLD et du CD&V ont passé 19 heures à discuter du poste de commissaire européen, de celui de premier ministre et du budget. Regardez les images d'un accouchement difficile.

Le parti d'Alexander De Croo, l'Open VLD qui avait provoqué les élections anticipées qui ont mené à la crise politique que l'on connaît aujourd'hui, a affirmé lors de sa réception de nouvel an, qu'il accepterait, si on le lui demandait, de participer aux négociations, mais qu'il exigerait qu'elles ne portent pas uniquement sur le communautaire.

Le président de l'OpenVLD a mis une nouvelle date butoir pour les négociations communautaires. Mais il affirme aussi que la prochaine réforme de l'Etat devra être un point final, pas une étape supplémentaire, comme le prétendent certains partis flamands.

Un sage dans la tempête. Vincent de Coorebyter n'a pas l'habitude de s'exprimer à la légère. Mais, cette fois, le président du Crisp, prend le risque de se mouiller en formulant "une hypothèse" susceptible de pacifier la Belgique. "Cela va faire hurler les deux camps", prédit-il.

Selon plusieurs observateurs, le jeune patron de l'OpenVLD, Alexander De Croo, serait largement influencé par les caciques du parti qui l'enverraient ainsi au front. Mais Vincent Van Quickenborne a tenu à remettre les points sur les i.

Le président de l'OpenVLD à l'origine de la crise de jeudi a amorcé une marche arrière, jeudi soir sur les ondes de la VRT, acceptant de renégocier. Mais avec un nouvel ultimatum. Et avec ses conditions. Chantage?

Les socio-chrétiens du nord du pays prennent la balle au bond et embraient sur la proposition de l'OpenVLD de mettre à l'ordre du jour de la Chambre dès cette après-midi la proposition de loi sur la scission de BHV. Et si possible, la voter.

Les libéraux flamands, entraînés par le jeune Alexander De Croo, ont décidé de retirer la confiance au gouvernement auquel ils participaient.

L'OpenVLD n'a pas levé son ultimatum pour obtenir un accord sur BHV, et maintient donc que "la confiance est rompue" avec ses partenaires de gouvernement. En d'autres mots, les libéraux flamands sont prêts à démissionner.