Tout sur Mahinur Özdemir

Le conseiller communal schaerbeekois Seydi Sag a lié l'acte à la parole mardi soir, en quittant les bancs de son groupe et du même coup le conseil communal, comme il l'avait annoncé la veille, faute d'avoir eu les explications que la section locale du cdH a demandées à la présidence du parti au sujet de la démission forcée de Mahinur Özdemir, sur fond de non-reconnaissance par celle-ci du génocide arménien.

La fille du président turc Recep Tayyip Erdogan, Sümeyye Erdogan, s'est entretenue avec le consul général de Belgique à Istanbul, Henri Vantieghem, qui s'est engagé à communiquer "à l'Etat belge et au cdH sa demande d'annulation de l'exclusion de (la députée bruxelloise Mahinur) Özdemir", rapporte l'édition de mardi du journal turc Sözcü.

La députée bruxelloise Mahinur Özdemir, exclue vendredi du cdH pour avoir refusé de reconnaître l'existence du génocide arménien, refuse de remettre ses mandats à disposition du parti humaniste, a-t-elle affirmé aux médias de la RTBF.

La représentation à Bruxelles auprès de l'Union européenne du Parti pour la justice et le développement (AKP) du président turc Recep Tayyip Erdogan a affirmé dans une lettre ouverte "son soutien" à la députée Mahinur Özdemir, qui a été exclue du cdH pour avoir refusé de reconnaître l'existence du génocide arménien, peut-on lire dimanche sur les sites de la Libre et de la Dernière Heure.

La députée bruxelloise Mahinur Ozdemir ne fait plus partie du cdH après que le comité de déontologie du parti a constaté qu'elle ne reconnaissait pas l'existence du génocide arménien. L'intéressée s'est dite déçue, mais sereine. Les réactions, elles, sont nombreuses.

Mahinur Özdemir, la députée voilée du CDH qui a beaucoup fait parler d'elle au moment de la campagne électorale de 2009, a fêté son mariage avec Rahmi Göktas, attaché parlementaire d'une députée turque islamo-conservatrice, à Istanbul le 30 juillet dernier, rapporte l'agence indépendante Parlemento. Le tout, en présence du Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan.