Tout sur John Bolton

Donald Trump s'en est violemment pris mercredi à son ancien conseiller à la sécurité nationale John Bolton, prêt à témoigner au procès en destitution du président américain en Sénat, en le taxant d'ingratitude et en assurant qu'il l'avait "supplié" de lui donner un travail.

Les avocats de Donald Trump présentent mardi la dernière partie de leur défense du président américain dans son procès en destitution devant le Sénat, après les révélations explosives d'un ancien conseiller de la Maison Blanche qui ont mis à mal leur stratégie.

Les avocats de Donald Trump ont tenté lundi de reprendre l'offensive après les révélations explosives d'un ancien conseiller de la Maison Blanche qui ont fragilisé la défense du président américain dans son procès en destitution devant le Sénat.

Avec le limogeage de John Bolton, son troisième conseiller à la sécurité nationale (après Michael Flynn et H. R. McMaster), Donald Trump franchit-il un nouveau cran dans la campagne électorale en vue d'un second mandat ? Le procédé - un simple tweet - est encore plus discourtois que d'habitude ; il faut sans doute y voir un effet de communication recherché.

Les esprits s'échauffent à la Maison-Blanche. L'Iran aurait, selon eux, des intentions va-t-en-guerre. Mais ce n'est pas le seul pays qui fait l'objet de leur courroux. Ils adoptent aussi une attitude de plus en plus musclée envers la Corée du Nord et le Venezuela. A la manoeuvre, on ne retrouve pas forcément toujours Trump, mais bien deux faucons : John Bolton et Mike Pompeo, respectivement conseiller à la sécurité nationale et ministre des Affaires étrangères.

Les hostilités se sont intensifiées dimanche au deuxième jour d'une escalade entre Israël et les groupes armés de la bande de Gaza, les tirs de roquettes palestiniens et la riposte de l'Etat hébreu ayant tué quatre personnes côté israélien et 23 Palestiniens depuis samedi.