Tout sur FAA

Le 737 MAX de Boeing, cloué au sol depuis près d'un an, est un avion "fondamentalement défectueux et dangereux", qui démontre la nécessité de réformer la législation et les réglementations relatives à la certification des avions de ligne, a estimé vendredi la commission des Transports du Congrès américain.

L'agence fédérale de l'avion civile américaine (FAA) a annoncé interdire le survol de l'Irak, de l'Iran et du Golfe par des avions civils américains, après que l'Iran a tiré des missiles sur des bases en Irak abritant des soldats américains. De nombreux avions militaires survolent Bagdad dans la nuit de mardi à mercredi, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Boeing a pour la première fois reconnu samedi des défauts liés au 737 MAX impliqué dans deux catastrophes aériennes ayant fait 346 morts, en admettant avoir révisé le logiciel des simulateurs destinés à reproduire les conditions de vol et avec lesquels sont formés les pilotes.

Le constructeur Boeing a vécu une semaine noire, marquée par l'évaporation de près de 25 milliards de dollars de capitalisation boursière et une image écornée, conséquences d'une gestion de crise ratée après la tragédie du 737 MAX 8 d'Ethiopian Airlines.

Les compagnies américaines font toujours front derrière Boeing malgré la cascade d'immobilisations du 737 MAX. Pourtant, la panique gagne les personnels navigants et les passagers, un grand nombre refusant désormais d'embarquer à bord de cet avion ou réclamant de le clouer au sol après l'accident d'Ethiopian Airlines.

Les Etats-Unis vont obliger Boeing à procéder à des modifications du 737 MAX 8 et du 737 MAX 9 mais ne vont pas clouer ses avions au sol, après après l'accident mortel d'un appareil de ce type dimanche en Ethiopie. Ils prennent le contre-pied de la Chine, de l'Indonésie et de Singapour entre autres, et de diverses compagnies aériennes, qui ont annoncé l'immobilisation des 737 MAX 8.