Tout sur commission adriaenssens

Le parquet fédéral a lancé vendredi un appel aux victimes d'abus sexuels commis dans le cadre d'une relation pastorale et qui s'étaient manifestées auprès de l'ancienne Commission Adriaenssens. Elles sont invitées à porter plainte cette fois au parquet fédéral pour entamer des poursuites judiciaires. Le parquet fédéral dispatchera ensuite les plaintes auprès des parquets concernés.

L'Opération Calice, menée le 24 juin par le juge d'instruction Wim De Troy à Malines et au siège de la commission Adriaenssens, sera de nouveau soumise, le 29 novembre, à un contrôle de légalité par la chambre des mises en accusation de Bruxelles.

Aucune nouvelle commission ne sera mise sur pied pour succéder à la commission Adriaenssens, a fait savoir mercredi la Conférence épiscopale de Belgique dans un communiqué, revenant ainsi sur son annonce du 13 septembre dernier.

Le secret se lève enfin, dans Le Vif/L'Express de ce vendredi, sur les deux arrêts que la chambre des mises en accusation de Bruxelles a rendus les 13 août et 9 septembre 2010 à propos des perquisitions menées à la tête de l'Eglise et à la commission "Adriaenssens".

D'après un bruit de couloir recueilli au palais de justice de Bruxelles, le parquet général a requis, devant la chambre des mises en accusation, la nullité des poursuites en ce qui concerne les perquisitions au siège de la commission Adriaenssens, au Vertrouwemcentrum Kindermishandeling (Centre de confiance-Maltraitance des enfants), à Louvain, où les enquêteurs bruxellois avaient saisi 475 dossiers, le 24 juin dernier, dans le cadre de l'Opération Calice (soupçon de pédophilie et de protection de pédophile dans l'Eglise).