Tout sur Cellule Interrégionale de l'Environnement

La phase d'avertissement du plan Forte chaleur et pics d'ozone est activée à partir de ce mardi, indique la Cellule Interrégionale de l'Environnement (Celine) dans un communiqué. Selon les prévisions de l'IRM, les températures dépasseront 30 degrés à la station de référence d'Uccle au cours des prochains jours.

Le seuil européen d'alerte à la concentration d'ozone, à partir duquel l'ensemble de la population est invitée à éviter tout effort physique inhabituel en plein air, a été dépassé ce vendredi après-midi à Aarschot, dans le Brabant flamand, a indiqué la Cellule interrégionale de l'Environnement (Celine) sur Twitter. C'est la première fois qu'il est franchi depuis le début de la vague de chaleur.

La grève nationale de mercredi a eu comme conséquence la fermeture de l'espace aérien belge, ainsi qu'une réduction de la circulation automobile en direction de la capitale et dans le centre de Bruxelles. C'est positif pour la qualité de l'air, mais difficilement mesurable, explique jeudi le directeur de la Cellule interrégionale de l'environnement (Celine).

En 2018, il y a eu 10 jours d'ozone, soit des jours avec au moins un point de mesure en Belgique dépassant le seuil européen d'information pour l'ozone de 180 µg/m³. Il s'agit du nombre le plus élevé depuis 2010, selon le bilan provisoire de la qualité de l'air de la Cellule interrégionale de l'environnement (Celine) publié mercredi.

Le seuil d'information de 180 microgrammes par mètre cube (µg/m3) relatif au niveau d'ozone a été dépassé mercredi dans 19 stations de mesure en Belgique, dont 12 en Wallonie. Les niveaux d'ozone mesurés étaient toutefois en baisse dans la soirée, selon le site internet de la Cellule interrégionale de l'environnement (Celine).

Des concentrations d'ozone élevées sont prévues dans les prochains jours, avec un risque de dépassement du seuil d'information européen, indique mardi la Cellule interrégionale de l'environnement (Celine) dans un communiqué. Le seuil européen à partir duquel la population doit être informée est fixé à 180 microgrammes par mètre cube d'air (µg/m³).

Les concentrations de particules en Belgique sont actuellement à un niveau relativement élevé, en raison de la formation de particules secondaires inorganiques. Celles-ci sont la conséquence d'une réaction entre l'oxyde d'azote résultant du trafic et l'ammoniac qui provient de l'agriculture.