Tout sur Burkina Faso

"Nous ne devons pas oublier pour qui nous organisons la Cop26", a déclaré dimanche la ministre belge de la Coopération au développement, Meryame Kitir, au terme d'une visite de six jours au Burkina Faso et au Sénégal, en rappelant l'importance des jeunes et des pays en développement dans les questions climatiques.

En 2016 et 2017, l'Autorité centrale fédérale (ACF), le service belge de l'adoption internationale, a reconnu quelque deux cents dossiers encadrés d'adoptions décidées à l'étranger. Depuis, ce nombre ne cesse de diminuer: 75 en 2018, 58 en 2019 et 49 en 2020, écrit La Dernière Heure dans son édition du dimanche.

Voilà plusieurs années que les enfants et les jeunes exigent des mesures contre le changement climatique. Cependant, ce qui passe souvent inaperçu, c'est que ces millions de jeunes militant.e.s sont souvent dirigé.e.s par des filles. Si Greta Thunberg en est un exemple bien connu, les activistes comme l'écoféministe Oladosu Adenike et Marinel Ubaldo sont nombreuses dans le monde à descendre dans les rues pour montrer la voie à suivre. Et pour cause : les filles sont à la fois plus touchées par le changement climatique et essentielles dans la lutte pour renverser la tendance. C'est là un aspect primordial de l'impact du réchauffement climatique.

Covid-19 oblige, l'ONG belge Iles de Paix lance, ce vendredi et pendant trois jours, sa première campagne 100% numérique de collecte de fonds. Un défi immense à l'heure où la crise sanitaire éclipse d'autres préoccupations cruciales, comme la transition vers une agriculture durable et locale.

A quel sport vouent-ils une véritable passion ? Pourquoi ? Depuis quand ? Et avec quel impact sur leur vie, privée comme professionnelle ? Cette semaine : Assita Kanko, politique, journaliste, entrepreneuse, Belge d'origine burkinabé, raconte sa passion pour le handball et le football. Qui peuvent, aussi, être des instruments de lutte contre les discriminations faites aux femmes.